Avec ses beaux terroirs classés – le Pfersigberg et l’Eichberg – et ces coteaux hautement qualitatifs qui les entourent, Eguisheim bénéficie depuis longtemps d’une réputation tout à fait justifiée pour ses grands vins blancs.

Ceci dit, ça fait quelques années que goûte des pinots noirs produits par certains vignerons de ce village et à chaque nouvelle dégustation je suis conquis par la prestance de ces vins qui associent force et souplesse pour révéler une élégance que je retrouve habituellement dans les grandes cuvées de la Côte d’Or.

J’ai donc sollicité quelques vignerons réputés d’Exa pour m’aider à mettre en lumière ces grands rouges qui, à mon avis, ne sont pas encore reconnus à leur juste valeur.

Après consultation de mes notes de dégustation et suivant les conseils avisés de quelques amis vignerons, j’ai établi une liste de 8 domaines à visiter :

  • domaine Mann – Vignoble des 3 Terres
  • domaine Albert Hertz
  • domaine Hebinger
  • domaine Ginglinger
  • domaine Emile Beyer
  • domaine Paul Ginglinger
  • domaine Paul Gaschy
  • domaine Zinck

Pour mener à bien cette enquête vineuse, j’ai prévu 2 journées sur place et 2 rendez-vous par demi-journée avec un protocole de visite très rigoureux qui demandera notamment à chaque vigneron de ne pas présenter plus de 4 vins…une contrainte qui va probablement être difficile à respecter pour eux comme pour moi mais on verra bien !

Hoppla, c’est parti

Eguisheim au début du printemps 2021…mais où sont les touristes !

Domaine Émile Beyer

Pour finir en beauté cette première journée, j’ai pris rendez-vous au domaine Emile Beyer, le domaine d’Eguisheim que je connais le mieux et à propos duquel j’ai déjà publié un très grand nombre d’articles que vous retrouverez très facilement sur ce site…mais il était évidemment impensable de ne pas solliciter l’ami Christian Beyer pour qu’il nous présente ses deux cuvées de pinot noir qui se distinguent à chaque millésime par leur niveau qualitatif tout à fait remarquable.

Comme la famille Beyer m’offre le gîte et le couvert – et Dieu sait qu’en cette période de restrictions en tout genre, cette invitation est plus que bienvenue – la dernière dégustation de cette journée pourra se faire après le couvre-feu dans le bel espace de convivialité qui jouxte le caveau du domaine.

Le petit salon de dégustation du domaine Beyer

Allez, on attaque notre sujet : 

Les pinots noirs du domaine, comment c’est fait ?

  • Culture : biologique depuis 2005 (certification en 2014), biodynamie débutée en 2016
  • Vendanges : manuelles avec tri sévère à la vigne.
  • Egrappage : selon le millésime, ça peut aller de 10% de vendange entière comme pour le millésime 2015 à 1/3 de vendange entière pour le millésime 2019
  • Macérations : 2 à 3 semaines
  • Fermentations : naturelles sans levurage
  • Elevage : 15 mois en pièces bourguignonnes neuves pour la cuvée Sundel et en pièces bourguignonnes anciennes pour la cuvée Eguisheim, puis un séjour en masse en cuve de 3 à 4 mois avant la mise.

Les jus ne sont pas collés « la sédimentation se fait naturellement en hiver » et les mises se font par gravité.

Pour illustrer ces principes, Christian a sélectionné 4 vins :

  • 2 pinots noirs Eguisheim réalisés à partir d’un assemblage de raisins provenant de 2 parcelles, une jeune vigne sur le Sundel et une vigne plantée en 1992 sur le lieu-dit Buel.
  • 2 pinots noirs Sundel issus d’une parcelle plantée en 2005 sur ce coteau calcaire du Grand Cru Pfersigberg avec des plants provenant d’une sélection massale du Clos des Epenots.

 

  • Pinot Noir Eguisheim 2019 : aromatique discrète avec une palette fruitée pure et guillerette, bouche assez puissante avec une chair gourmande mais solidement structurée, finale tonique et vibrante avec un joli sillage floral sur la violette et la rose.
  • Pinot Noir Eguisheim 2018 : nez ouvert et charmeur, expression florale et fruité d’une belle intensité, jus onctueux et parfaitement équilibré en bouche, silhouette svelte d’une grande élégance, finale longue et suave tout en restant bien glissante.

A côté d’une édition 2018 toujours aussi irrésistible de finesse et de gourmandise – j’en ai déjà « tombé » quelques unes durant ces derniers mois – la cuvée Eguisheim 2019 se distingue par un surcroit de matière et de profondeur en affirmant un caractère plus sérieux avec un potentiel de garde plus conséquent…c’est une très belle bouteille même si je dois avouer que le pinot noir Eguisheim 2018 reste mon coup de cœur absolu.

  • Pinot Noir Sundel 2019 : aromatique raffinée avec un boisé subtil, des arômes fruités délicats et de belles notes d’herbes condimentaires qui se révèlent à l’aération, bouche volumineuse avec un jus très concentré tenu par une acidité large et mûre, équilibre tonique, finale longue et intense.
  • Pinot Noir Sundel 2015 : nez discret et très complexe avec des nuances de fruits rouges et noirs agrémentés de belles notes d’herbe de garrigue (thym, romarin), bouche puissante, équilibre tonique, finale acidulée et très salivante avec un beau retour aromatique sur les fleurs et la craie.

Produite en 2015 à partir d’une vigne encore très jeune (10 ans) la première cuvée de pinot noir du Sundel montre déjà de façon incontestable un caractère de grand vin de terroir, ce que confirme totalement cette cuvée 2019 qui se goûte déjà remarquablement bien dès aujourd’hui mais qui, je le pressens, porte la promesse d’un vin d’anthologie…rien que ça !

En présentant cette série de 4 bouteilles Christian Beyer aura été le seul vigneron à avoir respecté scrupuleusement ma demande initiale…et ça tombait plutôt bien après toutes ces visites et ces dégustations qui avaient mis mes papilles à rude épreuve.

Ceci dit, ce n’était pas très grave parce que, comme je l’ai évoqué dans mon introduction, le domaine Emile Beyer est sûrement l’un de ceux dont je connais le mieux les vins…ce n’est d’ailleurs pas pour rien que j’ai placé cette visite en soirée.

La belle prestation des cuvées « Eguisheim » (et mon coup de cœur pour le 2018…je sais, je radote !) nous rappellent une fois encore que cette gamme de vins placée entre les cuvées « Tradition » et les Grands Crus, nous offre une série de bouteilles avec des rapports Q/P topissimes.

Et que dire de cette parcelle du Sundel, si jeune (la vigne n’a qu’une quinzaine d’années aujourd’hui) et déjà si talentueuse, qui permet à Christian de produire cette grande cuvée de rouge alsacien…rien de plus, sauf que j’espère être encore là dans une ou deux décennies pour voir jusqu’où pourra monter son niveau de qualité !

Bon, je ne vais pas vous faire une Nième présentation de ce domaine et vous détailler une fois de plus pourquoi j’aime ces vignerons et les vins qu’ils produisent mais je vais simplement les remercier pour leur accueil toujours aussi chaleureux et pour ce dîner arrosé de quelques jolis flacons signés Castagnier, Buisson-Charles, Chappaz…et bien sûr aussi Beyer avec un Riesling Pfersigberg 2010 en très grande forme et un superbe Pinot Gris Terroir 2019 vinifié par Philippe Zinck qui a partagé cette soirée avec nous et que je retrouverai dans sa cave dès demain.

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur le site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=