Avec ses beaux terroirs classés – le Pfersigberg et l’Eichberg – et ces coteaux hautement qualitatifs qui les entourent, Eguisheim bénéficie depuis longtemps d’une réputation tout à fait justifiée pour ses grands vins blancs.

Ceci dit, ça fait quelques années que je goûte des pinots noirs produits par certains vignerons de ce village et à chaque nouvelle dégustation je suis conquis par la prestance de ces vins qui associent force et souplesse pour révéler une élégance que je retrouve habituellement dans les grandes cuvées de la Côte d’Or.

J’ai donc sollicité quelques vignerons réputés d’Exa pour m’aider à mettre en lumière ces grands rouges qui, à mon avis, ne sont pas encore reconnus à leur juste valeur.

Après consultation de mes notes de dégustation et suivant les conseils avisés de quelques amis vignerons, j’ai établi une liste de 8 domaines à visiter :

  • domaine Mann – Vignoble des 3 Terres
  • domaine Albert Hertz
  • domaine Hebinger
  • domaine Ginglinger
  • domaine Emile Beyer
  • domaine Paul Ginglinger
  • domaine Paul Gaschy
  • domaine Zinck

Pour mener à bien cette enquête vineuse, j’ai prévu 2 journées sur place et 2 rendez-vous par demi-journée avec un protocole de visite très rigoureux qui demandera notamment à chaque vigneron de ne pas présenter plus de 4 vins…une contrainte qui va probablement être difficile à respecter pour eux comme pour moi mais on verra bien !

Hoppla, c’est parti

Eguisheim au début du printemps 2021…mais où sont les touristes !

Domaine P. H. Ginglinger

Après un début de parcours en compagnie de la jeune garde vigneronne d’Eguisheim, je vais terminer cette première journée en allant rendre visite à deux valeurs sûres du village et je vais commencer par l’ami Mathieu Ginglinger, l’actuel président du Syndicat des Vignerons d’Eguisheim…et accessoirement l’un des responsables de mon addiction (une de plus !!!) aux grands pinots noirs alsaciens.

Comme je connais Mathieu depuis quelques années, j’ai souvent eu l’occasion de goûter ses vins, notamment à l’occasion de deux rencontres gourmandes organisées à son domaine (CLIC et RECLIC) et j’ai été séduit par la qualité de sa production vinique où on trouve deux très belles cuvées de pinot noir…bref, voilà une visite que je ne pouvais vraiment pas rater pour traiter le thème du jour.

J’arrive au domaine vers 16 heures et comme il fait toujours très beau, Mathieu me propose d’aller prendre l’air dans les vignoble d’Eguisheim afin d’aller voir les parcelles de pinots noirs à l’origine de ses deux cuvées de rouge.

La cuvée Rubis est issue de deux parcelles argilo-calcaires plantées sur le lieu-dit Stribicher situé à la limite de l’Eichberg.

La cuvée Tradition est élaborée à partie de raisins provenant de parcelles sur Wettolsheim, Herrlisheim et Wuenheim.

Mathieu devant la parcelle sur le lieu-dit « Stribicher »

Avant de rejoindre le caveau situé au centre d’Eguisheim, nous faisons une halte rapide dans la cave construite à la périphérie du village, histoire de commencer à parler « in-situ » de la façon dont sont élaborés les vins rouges du domaine…allez, on attaque notre sujet !

Les pinots noirs du domaine, comment c’est fait ?

  • Culture : biologique certifiée en 2001, enherbement naturel avec labour 1 rang sur 2.
  • Vendanges : manuelles
  • Egrappage : 100%
  • Macérations : 10 à 15 jours avec pigeages légers automatisés et quelques remontages
  • Fermentations : naturelles sans levurage
  • Elevage : 6 mois en foudres pour la cuvée Tradition – 12 mois dans 10 pièces bourguignonnes (chêne des Vosges et chêne de l’Allier) dont 1 neuve pour la cuvée Rubis.

Les cuves de macération des pinots noirs avec un système de pigeage automatique

Le foudre dans lequel séjourne la cuvée de pinot noir tradition 2020…

…et une partie des barriques qui contiennent les jus de la cuvée Rubis 2020

Retour au caveau avec le matériel de dégustation préparé pour l’occasion.

  • Pinot Noir 2019 : aromatique fruitée très élégante, bouche souple mais avec une très belle concentration, finale fraîche et légère avec un petit grip tannique stimulant.
  • Pinot Noir 2020 (tiré sur cuve) : olfaction discrète, belle puissance en bouche avec un jus ample et consistant, finale salivante avec un joli sillage épicé.

Cette cuvée élevée en foudre a subi une saignée de 15 à 20% de son volume pour élaborer le rosé du domaine avant de bénéficier d’un ajout de 10% de jus de la cuvée Rubis.

Les éditions 2019 et 2020 de ce pinot noir s’expriment encore avec une certaine timidité sur le plan aromatique mais développent des jus fruités pleins d’énergie.

Ce sont des vins très prometteurs avec un profil polyvalent puisqu’on pourra les apprécier dans leur prime jeunesse où les mettre en cave durant quelques années puisque l’un comme l’autre disposent d’un joli potentiel de garde.

  • Pinot Noir Rubis 2019 (tiré sur cuve) : aromatique délicate, palette fruitée et florale complexe et raffinée, attaque nette et fraîche en bouche, jus bien équilibré avec une belle profondeur, finale sapide et tonique.
  • Pinot Noir Rubis 2018 : olfaction intense et charmeuse sur les petits fruits rouges frais et les fleurs (rose fraîche, pivoine), bouche bien gourmande avec une matière concentrée étirée par une ligne acide mûre, toucher voluptueux avec des tanins fondants, finale longue et très salivante.
  • Pinot Noir Rubis 2014 : aromatique florale très subtile, bouche assez légère mais d’une parfaite gourmandise, équilibre ciselé, finale aérienne, bien glissante.

Avec la cuvée Rocailles de Michel Ginglinger et la cuvée Sundel de Christian Beyer, ce pinot noir Rubis de Mathieu Ginglinger est à l’origine de l’idée de cet article sur les grands vins rouges d’Eguisheim.

Cette très jolie triplette nous propose des versions toutes en élégance d’un pinot noir né sur un beau terroir argilo-calcaire qui jouxte le Grand Cru Eichberg : des aromatiques florales et fruitées d’une grande pureté, des bouches juteuses et équilibrées, des boisés parfaitement intégrés et des finales d’une parfaite buvabilité. 

Le 2019 est encore assez discret mais développe une matière très prometteuse en bouche alors que le 2018 et le 2014 se montrent déjà bien plus loquaces et révèlent une classe et une délicatesse qui pourraient faire penser à un très bon Chambolle.

Cette nouvelle visite au domaine Pierre-Henri Ginglinger m’a permis de m’intéresser particulièrement aux deux cuvées de pinot noir élaborées par Mathieu et comme prévu, ces vins ont confirmé les très belles impressions ressenties lors de dégustations antérieures.

Parce qu’ils révèlent une gourmandise un peu « canaille » qui les rend accessible dès leur prime jeunesse, ces vins peuvent vite faire oublier qu’ils disposent aussi de vraies potentialités pour la garde.

Personnellement, j’ai toujours un peu de mal à résister au charme précoce de ces deux cuvées mais je suis certain que le pinot noir « Rubis » – et probablement aussi la cuvée « Tradition » – peuvent évoluer favorablement en cave durant quelques années.

Mathieu Ginglinger est un vigneron qui assume pleinement ses ambitions pour son domaine et pour le vignoble alsacien en s’investissant avec enthousiasme et compétence dans son travail pour mettre en valeur les grands terroirs qu’il a la chance d’exploiter.

Look épuré et moderne pour les nouvelles étiquettes du domaine Ginglinger…mais la cuvée Rubis gardera son habillage en losange.

Avec ses amis vignerons du Syndicat des vignerons, il a planifié une étude très approfondie des sols du vignoble d’Eguisheim, un projet d’envergure – avec un budget conséquent (100 000 euros) – qui dénote l’intérêt des vignerons de ce village pour leurs grands terroirs qu’ils vont pouvoir identifier précisément et faire reconnaître à leur juste valeur…voilà un travail exemplaire qui mérite d’être salué. Bravo !

Mille mercis à Mathieu pour son accueil toujours aussi sympathique.

La seconde parcelle de pinot noir du Stribicher et les châteaux d’Eguisheim à l’horizon

Le Domaine PH. Ginglinger

Concernant le Domaine PH. Ginglinger

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur le site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=