C’est par une fraîche matinée neigeuse que, ce samedi 14 janvier, le comité des Reines des vins d’Alsace s’était donné rendez-vous au château de la Confrérie Saint Etienne à Kientzheim pour une séance de rebouchage. Une fois sur place, c’est le souriant Hervé Bachmann qui nous accueille et nous explique l’intérêt, les actions et le but de cette séance de rebouchage. Hervé Bachmann est le major 2016 de la Confrérie Saint Etienne, il passera le flambeau d’ici quelques petites semaines au major 2017 Christian Beyer.

Pour cette séance, c’est le millésime 1981 et les cépages Pinot Gris et Riesling qui étaient débouchés, goûtés et rebouchés.

Cette opération n’est pas anodine et nécessite un certain doigté. En effet, le débouchage peut se révéler périlleux et régulièrement l’équipe doit faire appel aux mains expertes de Dorothée Wolff pour partir à la pêche.

Après le débouchage, c’était au tour des nez et fins palais d’entrer en scène. Eh oui, c’est dans ces moments là qu’on se dit que c’est dur la vie d’artiste, car chaque vin une fois ouvert doit être dégusté pour s’assurer de sa bonne conservation. Un rôle certes facile au premier abord, mais qui nécessite une grande rigueur et des fois de la concertation… rassurons tout de suite nos lecteurs la très grosse majorité de la dégustation fut crachée.

Une fois les vins débouchés et dégustés, débute la phase de ouillage (le fait de compléter une bouteille ou une cuve afin d’y maintenir toujours le niveau maximal). C’est une phase délicate, qui nécessite d’être vigilant, mais comme vous l’aurez certainement compris c’est aussi une phase qui nécessite le sacrifice d’une bouteille du lot.

Cette opération effectuée, c’est au tour de Christian Beyer (futur major 2017) d’entrer en action, l’une des dernières étapes est l’adjonction de dioxyde de souffre afin de protéger le vin de l’oxydation. Une action qui doit être minutieuse, puisque la quantité injectée est infime.

L’une des dernières opérations et non des moindres est le rebouchage ; elle est confiée aux mains expertes de Jean-Marc Bentzinger. C’est presque une obligation au vu de la technicité et de la fragilité de la machine, qui si elle n’est pas manipulée correctement se montre récalcitrante.

Les avant dernières mains que verront ces bouteilles sont celles du Grand Maître David Ling, qui doit sceller les bouteilles dans leur sachet plastique avant un retour dans l’oenothèque pour de longues années.

L’oenothèque de la Confrérie Saint Etienne conserve pas moins de 60000 bouteilles, le tout avec une hygrométrie et une température optimales et constantes. Malgré la fraîcheur des lieux, c’est dans une très bonne ambiance que l’équipe déboucha plus de 150 bouteilles ce matin là.

Pour marquer le coup, Hervé Bachmann proposa au trio royal actuel de choisir une bouteille de leur choix dans l’année de leur naissance. C’est un choix qui fut plus ou moins long et une dégustation des plus sympathique s’en suivit.

Cette séance n’est pas la première pour le comité des Reines des vins d’Alsace et elle s’inscrit dans la volonté du comité d’être toujours au plus proche des acteurs du monde viticole alsacien. C’est une façon ludique et agréable de se connaître ou de se revoir, tous animés par la même passion… le vin d’Alsace.

C’est une équipe très assidue qui débuta le débouchage dès 9h30 et qui, après avoir dégusté et travaillé toute la matinée, déjeuna ensemble autour d’un paté en croûte et finit cette séance vers 14h.

Pour les personnes souhaitant participer aux séances de rebouchage, la Confrérie Saint Etienne sera heureuse de vous accueillir. Pour cela rien de plus simple, il vous suffit de contacter la Confrérie Saint Etienne par téléphone au 03 89 78 23 84.

Dépêchez-vous il ne reste que deux séances, les samedis 4 et 18 février 2017.

La Confrérie Saint Etienne