Samedi 11 juin au matin, il flottait une ambiance studieuse au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg. Les nez et l’odorat de nombreux dégustateurs étaient bien affûtés, les yeux grands ouverts et les palais étaient prêts pour déguster pendant deux jours au Mondial des Vins Blancs.

En effet c’est le week-end dernier (les samedi 11 et dimanche 12 juin) qu’a démarré cette nouvelle édition du seul concours au monde entièrement dédié à toute la diversité des vins blancs, avec cette année les vins oranges (vin blanc de macération) en “guest star“.

Autre nouveauté de cette édition 2022, c’est l’arrivée d’une Médaille Grand Or. Jusqu’à présent les vins primés étaient mis à l’honneur au travers de deux médailles (Or et Argent) avec respectivement un minimum de 89 et 85 points pour les obtenir. Avec l’apparition de cette Médaille Grand Or le niveau monte encore d’un cran puisqu’il faudra obtenir un minimum de 93 points sur 100. 

Pour ce Mondial des Vins Blancs, l’organisation a encore été rigoureuse dans le choix des juges (dégustateurs), qui sont sélectionnés selon leurs compétences et leurs expériences. Nombre d’entre eux sont également experts auprès d’autres concours internationaux patronnés par l’OIV.

Cette année les quelques 63 juges, issus des 5 continents et de 21 nationalités, avaient fort à faire avec pas moins de 621 vins à déguster.  

Cette année ce sont neuf tables (de 6 à 8 juges) qui sont nécessaire pour effectuer toutes les séances de dégustations sur deux matinées. Chaque matinée est divisée en 3 sessions avec à chaque session de 10 à 12 vins qu’il faut déguster, juger et valider collégialement. Ce n’est qu’après ce “filtre“ et quelques relectures que l’organisation du Mondial des Vins Blancs pourra annoncer les résultats.

Les résultats qui seront connus le lundi 20 juin, directement disponibles sur le site internet du Mondial des Vins Blancs (ICI) à partir de 18h. En plus des vins médaillés, ce sera également le moment de découvrir les 12 trophées “Vin Sec“ et surtout les vins qui auront le privilège d’obtenir le Prix VINOFED et le prestigieux Prix du Jury. Pour ceux qui l’ignoraient, le Grand Prix du Jury est le vin, toutes catégories confondues, qui aura obtenu la note la plus élevée du concours.

L’organisation du Mondial des Vins Blancs, n’étant jamais avare de nouveautés, il en avait réservé une dernière pour le dimanche. En effet après la séance de dégustation du matin, le concours eut l’honneur d’accueillir :

  • Monsieur Takeshi Akamatsu, Consul Général du Japon à Strasbourg ; accompagné de son épouse Toshiko Akamatsu
  • Madame Darragh Paradiso, Consul Général des États-Unis d’Amérique à Strasbourg
  • Monsieur Anuarbek Akhmetov, Consul général du Kazakhstan à Strasbourg ; accompagné de Monsieur Janibek Bektemissov, Consul du Kazakhstan à Strasbourg
  • Madame Manou Massenez Consul honoraire d’Équateur et Conseillers du commerce extérieur de la France
  • Monsieur Christophe Kieffer, Consul honoraire des Pays-Bas à Strasbourg

Une représentation consulaire importante qui démontre bien l’intérêt du monde entier pour le concours alsacien des vins blancs.

Cette venue fut un moment certes assez solennel, mais qui laissa rapidement place à des moments simples et conviviaux avec tous les dégustateurs et en particuliers avec les représentants de leur pays. Dans le cadre de cette venue, l’organisation du Mondial des Vins Blancs en partenariat avec le CIVA (Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace) représenté par Thierry Fritsch avait organisé une dégustation/présentation des Grands Crus d’Alsace. Les convives ont eu la chance de découvrir et déguster 24 Riesling, 6 Pinot Gris et 6 Gewurztraminer… tous en Grand Cru !

Lancé il y a 24 ans par Christine Collins, le Mondial des Vins Blancs connait aujourd’hui une notoriété qui fait plaisir à voire et permet par la même occasion à l’Alsace de rayonner encore plus sur le monde.

Comme toute bonne chose, le Mondial des Vins Blancs de Strasbourg a refermé ses portes et prépare déjà la prochaine édition. À ne pas en douter, elle promet d’être encore plus belle et festive… c’est pas tous les jours que l’on fête ses 25 ans.