Club A.O.C.

Carte blanche à Alexandre Schoffit

Après deux années de pause forcée, le club AOC a enfin pu refaire une session délocalisée chez un vigneron alsacien et pour célébrer dignement cette reprise nous avons choisi de nous intéresser à un Grand Cru mythique alsacien : le Rangen.

Hoppla, c’est parti pour une journée en compagnie d’Alexandre Schoffit !

Notre guide du jour

Journée Club AOC du 14 mai 2022 à Thann et à Colmar

Le programme du jour prévoit une promenade guidée sur le Rangen suivie par un petit pique-nique à Thann avant de retourner vers Colmar pour une visite et une dégustation au domaine Schoffit.

C’est parti pour une belle promenade sur le Rangen sous un beau soleil printanier

Les vignes du domaine Zind-Humbrecht dans le secteur ouest du Rangen et la chapelle Saint Urbain

Les vignes du domaine Schoffit dans le secteur central du Rangen avec une petite grimpette dans une parcelle du domaine Schoffit

On récupère un peu sur un chemin qui suit la courbe de niveau

En route vers l’extrémité est du Rangen et les parcelles aux pentes vertigineuses de la maison Wolfberger

Le travail dans la vigne demande un bon sens de l’équilibre

Vue sur l’œil de la sorcière avec le Ballon d’Alsace en arrière-plan.

Les vignes les plus hautes du Rangen se trouvent à une altitude de 450 mètres

Les parcelles du secteur haut avec un sol très caillouteux.

Dernière halte sur le chemin Montaigne près de la chapelle Saint Urbain.

Début du pique-nique au pied du Rangen avec une nouveauté signée Schoffit : un très beau crémant extra-brut à base d’auxerrois (80%), de pinot gris (30%) et de riesling (10%). MIAM !!!

Après cette petite pause gourmande sous le soleil, nous repartons vers Colmar pour la suite de notre programme au domaine Schoffit avec une visite des installations professionnelles et une longue dégustation des vins de la maison.

Le cuvage inox où sont élevés tous les vins du domaine

La vinothèque

Présentation des outils qui permettent de travailler sur le Rangen : un pulvérisateur télécommandé et d’une charrue qui va être attelée à un treuil pour le travail du sol.

Le groupe s’installe dans le caveau de dégustation et Alexandre nous propose une petite leçon de géographie préliminaire pour situer les différentes parcelles exploitées par le domaine Schoffit

En guise de mise en bouche, nous commençons par quelques cuvées de la gamme « Alsace » du domaine Schoffit :

  • Chasselas Vieilles Vignes 2020 : nez ouvert et agréable, notes de fruits secs et d’herbe sèche sur un fond grillé délicat, bouche très gourmande, équilibre léger, finale rafraîchie par une délicate amertume.

Ce cépage devenu très rare en Alsace (1000 hectares en 1969 et moins de 60 hectares à l’heure actuelle) mais que la famille Schoffit continue de cultiver sur la Harth pour nous proposer cette cuvée joviale et désaltérante.

  • Pinot Blanc Auxerrois Vieilles Vignes 2018 : nez flatteur avec une jolie palette fruitée/épicée, bouche large et bien charnue avec un gras sensible, finale fraîche et digeste.

Cette cuvée issues de vieilles vignes d’auxerrois (80%) et de pinot blanc, séduit par son expression aromatique mais peut surprendre par sa présence en bouche qui révèle une concentration qu’on n’attend pas forcément sur ce type de vin.

  • Muscat Tradition 2018 : nez expressif et charmeur sur la menthe fraîche et le muguet, bouche légère et suave, finale très aérienne avec des amers nobles et une longue persistance mentholée.

Cette cuvée issue d’un assemblage très original de muscat d’Alsace à petit grains – 75% de rose et 20% de blanc – complété par 5% de muscat ottonel, révèle une puissance aromatique tout à fait exceptionnelle tout en gardant une parfaite gouleyance…c’est un vin avec un niveau de gourmandise tout à fait hors norme. MIAM !

  • Pinot Gris Tradition 2019 : nez discret mais qui laisse deviner une belle complexité, bouche assez puissante avec une acidité mûre et large, un joli gras et une finale sapide qui laisse persister de belles nuances fumées/épicées.

Ce pinot gris qui développe un jus opulent et gourmand tout en gardant une très belle buvabilité, révèle un caractère classique avec un potentiel gastronomique très large…voilà un joli compagnon de table idéal !

  • Riesling Harth 2018 : nez ouvert et complexe avec des notes de fleurs blanches et de zestes d’agrumes sur un fond balsamique/terpénique très délicat, bouche étirée avec un jus consistant structuré par une charpente acide assez vive, finale fraîche et saline avec de beaux amers minéraux.

La Harth est un terroir de graves qui jouxte la ville de Colmar et, contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est un terroir très caillouteux et bine drainant où ces vieilles vignes de riesling du domaine ne produisent que peu de raisins (environ 45 hl/ha en moyenne)…ce qui permet à la famille Schoffit de nous proposer ce riesling remarquable de profondeur et de minéralité.

  • Gewurztraminer Harth-Cuvée Caroline 2018 : nez flatteur avec un très beau bouquet floral (jasmin et rose) sur un fond légèrement vanillé, bouche riche avec un centre bien moelleux et une texture assez épaisse, finale étirée et bien digeste avec des amers nobles et une longue persistance épicée.

Comme le riesling, cette cuvée de gewurztraminer de la Harth nous étonne par sa puissance avec sa matière généreuse (14° et 30 g de SR) parfaitement équilibrée par une acidité (PH : 3,9) et une minéralité très stimulantes en finale.

La gamme classique du domaine Schoffit

Après ces 6 jolis flacons, nous partons pour une longue série de vins du Rangen.

  • Riesling Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald 2019 : nez discret avec des notes pierreuses sur on fond légèrement grillé, bouche puissante avec une matière ample et large qui envahit le palais, finale digeste avec une fine tannicité et une belle persistance aromatique sur les agrumes frais et le poivre blanc.
  • Riesling Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald 2018 : nez ouvert et très complexe, bouche toujours très puissante marquée par une minéralité intense, finale droite, tannique et assez austère avec un sillage fumé et épicé.
  • Riesling Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald-Schistes 2013 : nez bien frais sur les agrumes et le gingembre, bouche puissante avec un jus consistant marqué par une forte salinité, finale salivante avec une belle persistance de notes iodées et épicées.
  • Riesling Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald V.T. 2015 : nez flatteur et complexe, notes de citron confit et d’épices sur un fond silex/fumée discret, bouche ample et très gourmande avec un centre très suave et une finale riche et salivante avec des amers minéraux et une belle persistance épicée et mentholée.

A côté d’une paire de rieslings très jeunes mais déjà bien imprégnés par la force du Rangen, le riesling 2013 commence à montrer comment ce terroir exceptionnel marque ses vins en leur donnant ce caractère unique qui conjugue puissance et minéralité dans un équilibre proche de la perfection.

Pour compléter ce quatuor, l’atypique riesling 2015, récolté avec une maturité de vendange tardive (60g de SR), s’est livré à la dégustation avec une spontanéité tout à fait réjouissante…c’est un vin riche et juteux mais dont l’équilibre très digeste nous laisse un joli goût de reviens-y. MIAM !

  • Muscat Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald 2017 : nez très séduisant avec une palette florale épanouie, bouche pleine, charnue et bien gourmande, finale sapide et suave.

C’est toujours un privilège et un plaisir de goûter cette rareté qui doit son existence à la maman d’Alexandre, grande amatrice de muscat.

C’est un vin profondément aromatique et bien construit qui se déguste avec plaisir dès maintenant mais qui pourra se garder de longues années en cave…jouissance papillaire garantie dans une ou deux décennies !

  • Gewurztraminer Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald 2019 : nez ouvert et flatteur avec des notes de fruits jaunes et de bois de réglisse sur un fond légèrement fumé, bouche puissante avec une matière dense et solidement bâtie, équilibre riche mais d’une parfaite digestibilité, finale appétante avec un long retour fumé/épicé.
  • Gewurztraminer Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald V.T. 2018 : nez superbe avec une palette suave et complexe, bouche très riche avec un centre bien liquoreux et une finale très digeste avec un sillage grillé/fumé et de beaux amers minéraux.

Ces deux gewurztraminers du Rangen nous ont régalés avec leurs expressions aromatiques envoutantes et leurs jus très épanouis mais d’une belle buvabilité.

Voilà de belles bouteilles promises à un avenir radieux…heureux celui qui pourra les déboucher dans une ou deux décennies !

  • Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald 2018 : nez expressif, notes de noisette grillée et de pierre à fusil sur un fond fumé délicat, bouche puissante avec une matière pleine et charnue stimulée par un léger grip tannique, finale appétante avec des amers nobles et une très longue persistance aromatique minérale e fumée.
  • Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald V.T. 2011 : nez complexe avec des notes de raisin de Corinthe, de racine et de pierre à fusil sur un fond fumé très marqué, bouche généreuse et solidement structurée, salinité intense, finale digeste avec un retour fumé/minéral très persistant.
  • Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald S.G.N. 2002 : nez ouvert et bien mûr, notes de raisin confit, de miel de châtaigne et d’épices douces, bouche très opulente avec une attaque assez vive, suivie par une sensation très liquoreuse laissée par un jus extrêmement concentré dont la richesse est contrebalancée par une salinité intense, finale puissante et d’une longueur majuscule.
  • Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald-Larmes de Lave S.G.N. 2005 : nez très racé sur les herbes sèches, le miel et les herbes de montagne (un peu « Chartreuse »), grande suavité en bouche, jus très épais avec une concentration en sucre incroyable qui ne laisse pourtant pas d’impression de lourdeur, finale assez pointue avec une très longue persistance aromatique miellée et légèrement fumée.

Ces 4 cuvées de pinot gris dont la richesse en sucres résiduels se présente sous forme de suite géométrique de raison 2 (50 g pour le premier vin, 100 g pour le deuxième, 200 g pour le troisième et 400 g pour le dernier), nous invitent à découvrir la nature profonde du Rangen : un terroir qui peut engendrer des vins avec des sur-maturités extrêmes et des complexités aromatiques inouïes…mais qui gardent toujours un côté très accessible et digeste…Incroyable !

La robe « vieux cognac » de la cuvée « Larmes de Lave » 2005.

  • Gewurztraminer Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald S.G.N. 2006 : aromatique assez discrète avec des notes de caramel et d’épices douces sur un fond fumé, bouche opulente appuyée sur une base acide/saline très large, rétro-olfaction intense sur les mêmes arômes qu’on devinait au nez, finale sapide avec un léger grip tannique et de eaux amers minéraux.
  • Riesling Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald V.T. 2006 : nez ouvert et charmeur avec des notes d’orange amère et d’épices orientales, bouche élancée et concentrée, équilibre très digeste, finale tonique avec des amers salivants et une longue persistance aromatique.
  • Pinot Gris Grand Cru Rangen-Clos Saint Théobald S.G.N. 1998 : nez complexe sur le miel, le froment et le champignon blanc, bouche riche et bien juteuse, tenue par une trame acide/saline très solide, finale intense avec un sillage aromatique long et complexe où on reconnaît des notes de gentiane et de sous-bois sur un fond grillé/torréfié.

Cette longue et belle série se termine par 3 bouteilles sorties de l’œnothèque du domaine, des vins dans la fleur de l’âge qui s’expriment avec beaucoup de classe en nous étonnant par des équilibres tout à fait uniques entre des jus d’une richesse incroyable et des trames minérales qui se dessinent de plus en plus précisément avec le temps qui passe…le Rangen est vraiment un terroir hors normes !

Pour conclure :

Cette nouvelle session délocalisée du club AOC nous a permis de vivre une expérience mémorable en compagnie d’un jeune vigneron animé par une vraie passion pour son métier et par un vrai sens du partage…mille mercis à Alex pour cette journée qui restera gravée dans le livre d’or du club AOC.

J’avais déjà fait cette promenade sur le Rangen pour préparer mon article sur ce Grand Cru – c’est d’ailleurs à ce moment que m’est venue l’idée de cette sortie – mais la refaire en compagnie d’un vigneron qui y travaille a été une expérience édifiante qui nous a permis de comprendre un peu mieux ce que ce terroir demande de courage et d’abnégation à tous ceux qui suent sang et eau pour y faire naître de grands vins.

Alexandre Schoffit a été un guide parfait pour cette journée : que ce soit durant la partie « sportive » que durant la partie dégustation, il a mené ce groupe avec beaucoup d’enthousiasme et a partagé ses connaissances avec un vrai sens pédagogique…chapeau !

Je ne vais pas trop m’attarder sur les vins que j’ai déjà commentés à de nombreuses reprises sur ce site mais je reste toujours aussi admiratif sur la facilité avec laquelle les grandes cuvées du Rangen arrivent à se tenir dans le temps mais aussi sur cette force minérale qui parvient à soutenir harmonieusement des jus avec des niveaux de sucrosité très élevés.

Question coup de cœur, je citerai sans hésiter le riesling Rangen 2019, un vin exceptionnel qui m’a conquis dès la première dégustation et qui va probablement encore évoluer favorablement dans les prochaines décennies.

Un arc de cercle de toute beauté qui a ravi les dégustateurs du jour.

Mille mercis à Alexandre pour cette belle journée instructive et gourmande et bravo à la famille Schoffit pour la qualité de leur travail.

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=