Lundi dernier avait lieu la deuxième édition de « Biologique & Biodynamique, l’Alsace se bouge depuis 50 ans ! ». Après Lille en novembre, c’est à l’Aedaen Gallery de Strasbourg que les professionnels et amateurs de vins avaient rendez-vous pour partager, découvrir et échanger avec 10 producteurs alsaciens en bio et/ou biodynamie.

Il est vrai que lorsqu’on parle de vin Bio, Biodynamique ou nature, il est souvent difficile  pour le consommateur lambda de s’y retrouver. Il n’est pas inutile de faire une mise au point dans les grandes lignes :

  • Bio (nécessite une certification) « le bon sens paysan ». Une « re-découverte » de la vigne et des sols, par un travail manuel plus important qu’en culture traditionnelle, dût au fait qu’aucuns insecticides et engrais chimiques ne sont tolérés. Les traitements par vaporisation sont admis, mais uniquement à base de produits naturels. Le vin Bio est fait avec des raisins issus de l’agriculture biologique mais aussi de la vinification biologique (depuis 2012), toute fois les intrants œnologiques naturels sont autorisés.
  • Biodynamie (nécessite une certification), une pratique qui reprend une partie du cahier des charges Bio en diminuant encore le nombre d’intrants autorisés, fait usage de préparas; prend en compte des influences lunaires, célestes et terrestres.
  • Nature (aucune certification mais des labels), une pratique où aucun intrant n’est utilisé, en minimisant au maximum l’impact humain sur le travail de la vigne pour qu’elle puisse pleinement s’exprimer. En cette période de dérèglement climatique, et spécifiquement en Alsace, cela donne à l’arrivée des vins très différents d’un millésime à l’autre. Aujourd’hui cette production n’est pas réglementée, ni contrôlée donc aucune garantie pour le consommateur, d’où une plus grande pédagogie du vigneron.

Avec pas moins de 23/24% des surfaces viticoles en Bio ou Biodynamie (un peu moins de 200 domaines), l’Alsace est considérée comme l’un des vignobles les plus vert de France (la moyenne nationale arrive péniblement à la moitié).

Cet événement arrive après le succès des « Vins d’Alsace s’invitent en terrasse ! » , un événement qui prouve encore la volonté du CIVA de toujours aller de l’avant en proposant des thématiques variées pour les professionnels, mais aussi et surtout pour le grand public.

Malgré les difficultés d’accès occasionnées grandement par le Marché de Noël, cette soirée à Strasbourg a bien fonctionné avec un peu plus de 200 personnes au total. Il faut reconnaître que les producteurs présents étaient de haut vol et ont tous fait voyager les visiteurs.

Le petit carnet fourni à l’entrée vous laissait déjà deviner les délices de cette soirée, une fois devant les verres de dégustation le top départ est donné avec deux Crémants, coup de cœur quasi unanime, ceux du Domaine Charles Frey et du Domaine Paul Buecher. Au Domaine Heywang c’est le Klevener de Heiligenstein qui fera son petit effet et que dire du Pinot Noir (sans sulfites) du Domaine Albert Hertz juste top. Le niveau était vraiment élevé avec une sélection de vins qui mettait très bien en valeur les producteurs qui s’étaient déplacés.

Les producteurs présents :

  • Domaine Camille Braun
  • Domaine Paul Buecher 
  • La Cave du Roi Dagobert 
  • Domaine Charles Frey 
  • Domaine Gross
  • Domaine Albert Hertz 
  • Domaine Heywang
  • Maison Kuentz-Bas
  • Gustave Lorentz
  • Maison Zoeller