Au début du mois de février, Didier Pettermann (Président du CIVA) et Gilles Neusch (Directeur du CIVA) nous ont convié pour un point presse à mi-mandat sur le projet stratégique 2016-2019 du Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace. Nous avons également abordé la nouvelle marque Vins d’Alsace et la communication qui va en découler, cette partie fera l’objet d’un article complémentaire.

Ce point presse est la résultante d’une volonté du CIVA de communiquer plus souvent et en toute transparence. Ce rendez-vous était également une volonté de travailler avec tous les médias (pas que les institutionnels) pour un meilleur relais auprès de tous et créer un partenariat pour faire avancer les Vins d’Alsace.

Beaucoup se demandent qu’est-ce que le CIVA et que fait-il ?

C’est simple à entendre, pas toujours très bien perçu et souvent très mal compris. L’une des missions du CIVA est de mettre l’Interprofession en phase avec les véritables enjeux de la profession pour mieux valoriser les Vins d’Alsace en terme identitaire, de communication et de valorisation économique. Les missions du CIVA ne sont pas que le marketing et l’économique, il existe une autre mission (qui est plutôt mal connue) c’est l’aspect technique pour préparer le vignoble de demain par rapport à la problématique du dépérissement du vignoble que l’on connait actuellement.

Gilles Neusch nous parle du matériel végétal

Peu de gens s’en sont rendus compte mais Didier Pettermann est arrivé à la tête du CIVA en juin 2016, c’était pour lui le moment de faire un premier bilan à mi-mandat et de se projeter dans l’avenir.

Le premier travail de Didier Petermann et de son équipe était de mettre en place une nouvelle gouvernance du CIVA. Le CIVA est parti d’un constat simple, aujourd’hui ce n’est pas lui qui commercialise les vins d’Alsace d’où l’importance de travailler en symbiose avec les metteurs en marché. Mais pour y arriver, il faut faire tomber les chapelles, les murs entre les uns et les autres, travailler avec toutes les sensibilités et les savoir faire du vignoble. Pour cela il ne faut pas opposer les acteurs du vignoble mais valoriser l’expertise de tous.

Cela a commencé par la suppression de l’ancien organe de pilotage des actions marketing (bureau stratégique) et la création de 3 commissions professionnelles (Intelligence économique, Marketing-Com et Technique du vignoble). Le CIVA n’ayant pas la prétention de tout faire, ces créations de commissions ont permis d’ouvrir les portes à de nouveaux partenariats (marketing, technique et économique), qui en d’autres temps auraient été impossibles. La finalité étant que le CIVA devienne « une boite à outils au service des Vins d’Alsace» pour créer du liant entre toutes les composantes du vignoble. Grande nouveauté pour le CIVA et non des moindre, c’est d’instaurer une présence sur le terrain, par l’écoute des entreprises et rendre des comptes. Prouver que « un euro investi est quelque chose de pertinent et qu’il y a un retour sur investissement » pour beaucoup c’est une évidence mais jusqu’à présent ça ne l’était pas forcement.

Proposer de nouveaux services pour le CIVA, c’est aussi une nouvelle approche (plus entrepreneuriale) qui est appelée à combler un vide et que les acteurs du vignoble ne pourraient pas solutionner eux mêmes à l’échelle de leur propre entreprise.

Didier Pettermann nous parle des évolutions engagées avec la création des trois commissions ouvertes aux professionnels et aux experts :

Commission Marketing-Com, Didier Pettermann nous parle de la Cellule de Communication

En complément de la création de cette commission et dans le cadre d’une volonté entrepreneuriale vis à vis des entreprises du vignoble, le CIVA a dût évoluer et  réorganiser en interne les responsabilités et les missions de chacun. Ce changement pour les équipes du CIVA n’a pas été sans difficulté, mais aujourd’hui le « sourire » est à nouveau de retour avec les premiers retours du vignoble qui prouvent que ces changements avaient du sens.

Une fois ces changements effectués, le CIVA a lancé l’analyse des performances des plans d’action menés aussi bien en Alsace, qu’en France ou encore à l’export. Avec ces retours le CIVA a pût établir une stratégie marketing, grâce au soutien et au pilotage de Tanguy De Prest (Marketing consultant).

Le dernier pan de cette action est la création d’une nouvelle identité des Vins d’Alsace avec le développement d’une stratégie de marque forte avec un nouveau logo pour les Vins d’Alsace et une nouvelle campagne de communication (lancement prévu à Millésimes Alsace).

Commission Technique du vignoble, copilotée avec l’ODG et l’AVA, Didier Pettermann nous parle de la Commission Technique du Vignoble

Les missions de cette commission sont de mieux répondre aux préoccupations techniques du terrain (santé du vignoble, maladies du bois, matériel végétal, conduite technique, réchauffement climatique, qualité…). Développer le travail partenarial entre acteurs (entre IFV, AVA, Chambre d’Agriculture, etc…). Allier la recherche fondamentale, la recherche appliquée et les expériences de terrain. Pour finir, construire en capitalisant sur les compétences locales, nationales et internationales… « Pourquoi réinventer le fil a couper le beurre, il vaut mieux détecter et travailler avec des gens qui ont déjà trouvé une solution ».

Commission Intelligence économique, Didier Pettermann nous parle de la Commission Intelligence Economique

Le pôle Intelligence économique a vocation à être orientée vers l’extérieur en rendant des services aux opérateurs du vignoble, mais également en interne en appuyant et soutenant les services et les commissions sur la pertinence de projets.

Le dernier point pour cette commission est de proposer de nouveaux services dans les approches marchés, en accompagnant les primo-exportateurs ou en étudiant de nouveaux marchés pour des entreprises déjà en place.

Gilles Neusch et Didier Pettermann nous présente les tendances qui ont guidées leur action.

Le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace

Toutes les vidéos du reportage ICI