Il y a deux ans, Séverine et Thomas inauguraient le nouveau caveau de dégustation du Domaine Schlumberger. Le lancement de ce lieu unique devait permettre au domaine de redonner un élan touristique à Guebwiller. Malheureusement nous connaissons tous les soucis liés à la pandémie qui s’en sont suivis. Cela n’a pas empêché l’équipe du domaine de fourmiller d’idées pour répondre et reconquérir la clientèle locale, touristique et surtout  proposer une offre oenotouristique… certes modeste, mais existante.

Dans le cadre de ces offres oenotoursitiques le Domaine Schlumberger proposait cette année 3 rendez-vous (11 juin, 2 juillet et 6 août) dans le cadre des “Apéro Gourmand“ des Vignerons Indépendants d’Alsace. Cette année le domaine proposait des accords vins et fromages en partenariat avec la crémerie fromagerie épicerie fine Qui L’eût Cru à Guebwiller. Pour la soirée du 2 juillet, pas moins d’une vingtaine de personnes étaient présentes pour découvrir le domaine autour d’une visite guidée/commentée et poser des questions nombreuses… preuves que le vignoble alsacien doit encore communiquer. Une soirée qui se termina au caveau et déclinée en six accords qui aura fait voyager les convives en Aveyron, Normandie, Suisse, etc…  grâce aux fromages !

Contrairement aux idées reçues, les fromages (dans leur très grande majorité) ne se marient pas avec les vins rouges et pourtant on entend encore trop souvent ce conseil. Cette soirée prouvera à merveille que les vins blancs conviennent bien mieux aux fromages. 

Juste avant de débuter les accords, il est tout de même utile d’expliquer pourquoi le fromage et les vins rouges ne font pas bon ménage. En effet les ferments lactiques (gras du fromage) ont tendance à mal s’accommoder aux tanins des vins rouges, ce qui a pour effet de durcir la finale du vin et d’apporter une désagréable sensation de goût de fer. Cette règle n’est pas intangible et peut facilement être contourner en servant des vins rouges à faible potentiels tanniques (évolués, fruités, ronds, etc…)… comme les Pinots Noirs d’Alsace.

Mais sans tarder, dégustons les vins du Domaine Schlumberger et voyageons grâce aux fromages sélectionnés par la crémerie fromagerie Qui L’eût Cru.

Le premier accord nous emmène en Val de Loire avec un Crottin de Chavignol accompagné d’un Riesling Les Princes Abbés 2017. Le vin est d’une belle couleur jaune paille, brillant avec quelques reflets verts. Le nez est très Riesling sur la minéralité, silex, fumée. En bouche c’est droit, salin, salivant, une base acide marquée et une belle longueur. Le fromage de chèvre était d’une texture relativement sèche, à la saveur persistante et d’une belle longueur. Typiquement il fallait un vin blanc porté sur une acidité tranchante et le Riesling Les Princes Abbés 2017 était parfait, le salivant du vin tranchait avec l’asséchant du fromage. Un bel accord, un vin encore jeune qui mérite de vieillir… un accord sur un Riesling Grand Cru Kitterlé aurait aussi été top.

Le deuxième accord nous fait traverser la frontière et nous emmène en Suisse dans le canton de Fribourg, à Moléson avec un gruyère servi avec un Pinot Gris Les Princes Abbés 2017. La robe du vin est jaune clair avec des reflets argentés. Au nez, c’est subtil, léger, on est sur des fruits à chaires blanches, une pointe florale… un vin qu’il faut laisser s’ouvrir. En bouche c’est gras (pas sucré), large, sur les épices, le poivre, légère pointe de fumée… un vin sec d’une belle longueur finissant sur de petits amers. Le fromage était d’une couleur ivoire, fruité, tendre, salin et légèrement cristallin. En bouche le Gruyère de Moléson avait un goût prononcé, parfumé, tout en gardant une belle onctuosité. Un accord réussi sur l’opposition, le côté racé du vin permettait de préparer le palais pour une autre bouchée de gruyère.

C’est en Normandie que le troisième accord nous amène, dans le Calvados plus précisément avec un Pont-l’Évêque accordé à un Gewurztraminer Grand Cru Kitterlé 2011. Le vin est d’une très belle couleur jaune or brillant, le nez est d’une grande finesse, flatteur, sur les fleurs et fruits jaunes et l’ananas. En bouche c’est ample, très équilibré sur les épices, une  légère sucrosité et une acidité fine… un très beau Gewurztraminer. Le Pont l’Évêque était jeune, la croûte était un peu ferme, avec des parfums de sous bois et de beurre. Le fromage était légèrement onctueux, un peu crayeux mais toute fois fondant et restant ferme sur la langue. Le fruité du vin apporte un bel équilibre pour accompagner le Pont l’Évêque… à maturité ce fromage aurait été parfait avec le Gewurztraminer Vendanges Tardives proposé sur l’accord suivant.

Avec le quatrième accord, nous allons en Aveyron pour découvrir un fromage à pâte persillée… le Roquefort, accompagné d’un Gewurztraminer Cuvée Christine Vendanges Tardives 2017. La robe du vin est jaune or intense. Le nez est plaisant, flatteur sur les agrumes, les fruits confits avec une surmaturité présente mais pas entêtante. En bouche c’est ample, soyeux, franc, sur le coing, la sucrosité et les épices sont présents… déjà un bel équilibre pour un vin aussi jeune. Le Roquefort est un fromage à pâte persillée issu de lait de brebis, qui nécessite une fermentation (comme le vin) pour devenir un bleu. Le Roquefort proposé se distinguait par sa texture crémeuse et friable, en bouche la douceur était là, avec une pointe de puissance et de salé. L’accord est marqué par l’opposition des saveurs de coings, sucrées du vin et le goût puissant et salé du fromage.

Avec le cinquième accord nous amorçons un changement, en effet le domaine a souhaité mettre en avant les Pinots Noirs lors de cette soirée. Rappelez-vous : vins rouge et fromages = bof, voire pas du tout. Pinot Noir d’Alsace (selon vinification) = ça passe.

L’accord proposé était un Coeur Normand (Neufchâtel) avec Pinot Noir Les Princes Abbés 2017. La robe du vin était d’un rouge léger brillant, avec quelques reflets plus foncés. Au nez, c’est croquant, frais sur les petits fruits rouges légèrement kirchés. La bouche est légère, manquant un peu de matière, sur la cerise et des tannins présents mais sans être trop astringents. Le Coeur Normand est un fromage de vache à pâte molle et à croûte fleurie, celui-ci avait une texture souple, légèrement crémeux (malgré un coeur un peu crayeux). La bouche était longue et marquée par une douceur très présente. L’accord marchait mais sans être exceptionnel. 

L’inconvénient résidait plus dans l’ordre de dégustation que dans l’accord, le palais ayant le sucre résiduel des Gewurztraminers.

Le dernier accord nous emmène en Normandie avec un Camembert, proposé avec un Pinot Noir leu-dit Stein 2017. Le Pinot Noir est d’un rouge rubis brillant. Au nez (il faut le laisser s’ouvrir), on devine déjà un vin bien plus racé que le précédent, sur des fruits noirs, une légère torréfaction, vanillé et fumé. La bouche est ample et corsée, développant des tannins présents. Un vin trop jeune, qu’il faut oublier pour mieux l’apprécier dans quelques années. Le Camembert de Normandie est le plus connu des fromages en France, c’est un fromage à pâte molle et à croute fleurie. Ce dernier fromage était d’une texture onctueuse et sa saveur (lait, sous bois) franche. L’accord était “bof“, les tannins encore trop présents s’harmonisaient difficilement avec un Pinot Noir certes plaisant, mais encore trop marqué par la jeunesse.

Vous l’aurez compris, cette soirée découverte proposée par le Domaine Schlumberger était une belle réussite, les personnes présentes nous parlent encore du cadre (magnifique), de la vue sur le vignoble de Guebwiller et de l’événement !!! Nous sommes ravis de voire l’engagement et la volonté du Domaine Schlumberger dans des actions oenotouristiques à l’adresse du grand public et nous sommes très impatients de découvrir et au passage de vous faire découvrir les futurs événements d’un domaine pour lequel nous avons une affection particulière.