Journées Portes Ouvertes au domaine Kreydenweiss à Andlau – Printemps 2022

Partie 2 : Masterclass sur le Clos du Val d’Eléon

Après une première Masterclass sur le Clos Rebberg en 2019, Antoine Kreydenweiss a choisi de nous présente cette année le deuxième grand terroir de schistes bleus d’Andlau : le Clos du Val d’Eléon.

Le soleil est au rendez-vous et la longue dégustation au domaine m’a donné envie d’aller me dégourdir les jambes…c’est parti pour une petite promenade qui s’annonce aussi gourmande qu’instructive.

Petite halte à mi-chemin pour commencer à parler du vigneoble d’Andlau et du caractère particulier du Clos du Val d’Eléon

Comme le Clos Rebberg le Clos du Val d’Eléon est situé sur un coteau viticole historique d’Andlau qui a été progressivement laissé à l’abandon par les vignerons du village après la crise phylloxérique et après la première guerre mondiale.

A partir de 1985, Marc Kreydenweiss a commencé à racheter des parcelles sur ce coteau pour constituer progressivement un ensemble d’un seul tenant d’une superficie de 1,32 hectare. Après de gros travaux de défrichage, réalisés en 1986 avec l’aide d’André Durrmann, Marc Kreydenweiss y planta des rieslings et des pinots gris avec une densité de 6500 pieds à l’hectare.

A l’heure actuelle la parcelle du domaine compte 25 rangs de riesling et 25 rangs de pinot gris.

La parcelle du domaine Durrmann : faible densité, agroforesterie et conduite en lyre.

La parcelle du domaine Kreydenweiss : haute densité et taille Guyot simple ou double selon la vigueur du cep.

Le Clos du Val d’Eléon est situé sur une veine de schistes bleus « une roche qui date du précambrien…ce qui fait qu’on peu dire que c’est le plus vieux terroir du vignoble alsacien ». C’est une veine géologique qui commence à Andlau pour finir à Albé en passant par Bernardvillé et Reichsfeld.

Le climat du Clos du Val d’Eléon est plutôt frais et relativement humide « la vigne y arrive à maturité environ 2 semaines plus tard que dans les autres secteurs » et les vendanges se font en deux fois « les pinots gris sont toujours rentrés avant les rieslings ».

La pression des maladies y est modérée « il y a quelques pieds plus exposés en bas de coteau mais en règle générale ça va »…de toute manière les rendements sont assez faibles sur ce coteau « on n’y dépasse que rarement 35 hl/ha »

Malgré les pentes assez fortes (surtout dans le haut de la parcelle), Antoine reconnait qu’il aime travailler dans « cet endroit paisible où on entend vivre la nature ».

Le groupe en place pour une petite leçon de terroir distillée par Antoine.

Les schistes bleus dans les vignes du Clos du Val d’Eléon

Bon, les verres sont prêts, il ne reste plus qu’à dégainer le tire-bouchon…

…pour une petite dégustation en immersion dans le Clos du Val d’Eléon

La cuvée du Clos du Val d’Eléon a toujours été une cuvée d’assemblage à parts égales de riesling et de pinot gris qui fermentent ensemble dans un vieux foudre et restent sur leurs lies durant un an jusqu’à la mise en bouteilles.

Allez on goûte !

  • Clos du Val d’Eléon 2019 (vin tiré sur foudre) : nez ouvert et complexe, notes de fleurs et de pierre à fusil, bouche charnue et sapide, minéralité vibrante en finale.
  • Clos du Val d’Eléon 2018 : nez un peu plus mûr que le 2019, notes de miel de fleurs et de résine sur un fond minéral bien marqué, bouche suave et gourmande qui se tend progressivement pour développer une finale fraiche, longue et bien saline.
  • Clos du Val d’Eléon 2017 : nez suave et délicat avec une belle palette miellée et florale, bouche longiligne, structure très élégante avec une texture légèrement grenue, finale droite sur les fleurs et la pierre à fusil.

Le Clos du Val d’Eléon 2017

Ces 3 millésimes récents du Clos que j’ai déjà dégustés au domaine, s’expriment de manière un peu différente dans ce nouveau contexte mais leurs présences en bouche portent bien la marque minérale du schiste avec de la tension, des la salinité et des nuances fumées/pierreuses en finale.

  • Clos du Val d’Eléon 2010 : nez complexe et raffiné, notes de beurre frais, de noisette et d’épices sur un fond pierreux, bouche droite et bien charnue, salinité puissante, finale très salivante avec un long sillage sur le poivre et la pierre à fusil.
  • Clos du Val d’Eléon 1999 : nez ouvert et bien mûr, notes d’agrumes confits et de gelée de coing sur un fond d’herbes sèches, bouche ample et gourmande avec une fine touche oxydative, équilibre dynamique grâce à une belle présence saline, finale longue et complexe avec une persistance miellée et grillée.

Le Clos du Val d’Eléon 1999

  • Clos du Val d’Eléon 1994 : nez jeune et très fringant, notes de citron vert, d’herbes aromatiques et d’épices, bouche svelte, équilibre droit, finale étirée et légèrement camphrée.

La dernière bouteille présentée par Antoine : un Clos du Val d’Eléon 1994

Pour terminer cette petite verticale sur ce terroir, nous débutons par un superbe 2010 qui s’exprime avec la force tranquille de l’âge mûr, un 1999 un peu plus marqué par son âge mais toujours debout grâce à une profonde minéralité qui porte la structure et un 1994 – le quatrième millésime produit sur le Clos par Marc Kreydenweiss – un peu plus simple mais d’une jeunesse éclatante, un vin qui portait déjà la promesse des futures très grandes cuvée à venir.

Les bouteilles du jour sur leur terroir d’origine.

Pour conclure :

Comme chaque année cette journée « Portes Ouvertes » qui a permis la dégustation exhaustive de la production vinique disponible actuellement à la vente, a confirmé ce que nous savons depuis longtemps : les vins d’Alsace conçus par Antoine et son équipe sont grands.

La nouvelle gamme négoce « Lune à Boire » clarifie l’offre vinique du domaine en proposant 4 vins accessibles et bien gourmands avec notamment une cuvée « orange » très joliment balancée et un pinot noir expressif et gouleyant à souhait.

Les cuvées de terroir sont de vrais « vins de lieu » – d’ailleurs les étiquettes du domaine ne font plus mention du cépage depuis le millésime 2008 pour les Grands Crus et depuis le millésime 2012 pour les lieux-dits – des vins élevés longuement sur lies, fortement typés par leur terroir et taillés pour la garde même si la plupart d’entre eux se laissent déjà boire avec beaucoup de plaisir dans leur jeunesse.

Comme en 2019 pour le Clos Rebberg, la « Masterclass » consacrée au Clos du Val d’Eléon fut l’un des grands moments de la journée, une expérience très intéressante qui a permis à un petit groupe de dégustateurs privilégiés de goûter une série de vins dans leur lieu de naissance avec les commentaires et les explications de leur concepteur.

Cette cuvée dont le premier millésime remonte à 1990 associe la générosité naturelle du pinot gris et la rigueur structurelle du riesling pour nous donner une interprétation originale et authentique de ce grand terroir de schiste.

Merci à tous ceux qui ont œuvré pour nous permettre de passer cette belle après-midi.

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=