L’oenothèque de la Confrérie Saint-Etienne a accueilli une nouvelle séance de rebouchage samedi dernier, nous laisserons volontairement de coté le fonctionnement, déjà évoqué dans l’article ICI pour se focaliser sur l’oenothèque, deux invités de marque et la dernière séance de Hervé Bachmann en tant que Major 2016.

Deux invités surprise

Cette séance de rebouchage a fait le plein avec pas moins d’une quinzaine de participants. Après une présentation rapide de l’activité et de sa nécessité par Hervé Bachmann (Major 2016), c’est à Christian Beyer (Major 2017) de prendre la parole et de demander à chacun de se présenter et force est de constater qu’ils viennent d’horizons très différents, pêle-mêle : un restaurateur, quatre Majors (2014, 15, 16 et 17), un marchant de vin bourguignon, un Grand Maître, un blogueur, un couple d’amateurs de vin dont Mr. est comptable et parmi ces amoureux du vin, il y avait deux très grands professionnels. En effet les sommeliers Romain Iltis et Eric Zwiebel étaient également présents, pour ceux qui auraient la mémoire qui flanche voici un petit rappel….

Eric est alsacien pur jus, originaire de Guémar et extrêmement fier de sa région. Ce Ribeauvillois de coeur et d’adoption est expatrié en Angleterre où il officie au sein du Summer Lodge à Evershot Dorset (un établissement 5 étoiles). Mais Eric est également un compétiteur, Meilleur Sommelier d’Angleterre, deux fois finaliste au concours du Meilleur Sommelier du Monde et actuellement en pleine préparation pour le concours de Meilleur Sommelier d’Europe qui aura lieu en mai prochain à Vienne. Entre sa préparation au concours, son travail et ses nombreux aller-retours Angleterre/Alsace, Eric lorsqu’il « s’ennuit » est également chroniqueur pour la revue Planet V&S.

Romain est également un alsacien originaire de la vallée de Munster et natif de Whir-Au-Val. Son parcours est beaucoup plus connu car il est un peu plus médiatique qu’Eric, mais tout comme celui-ci il est bardé de titres dont les deux plus importants sont Meilleur Sommelier de France et Meilleur Ouvrier de France (MOF) mention sommellerie. Ce dernier titre est une fierté toute particulière pour Romain. En effet son père est également MOF mais en mention boulangerie. Aujourd’hui Romain officie et exprime ses talents au sein du restaurant La Villa René Lalique à Wingen-sur-Moder, un établissement deux étoiles où il a pu pleinement s’exprimer pour  réaliser la carte des vins. Il est aussi chroniqueur pour la Revue des Vins de France (RVF).

Eric et Romain sont amis et ça se voit dans leur complicité, souvent très complémentaires, voire même fusionnels lorsqu’il s’agit de parler de l’Alsace. Il faut les entendre parler des vins d’Alsace, on dirait presque des siamois, l’un s’arrête et l’autre embraye pour encore accentuer le propos…. des passionnés, des vrais et cela fait plaisir à voir.

Une anecdote, heureusement que Christian Beyer les a un peu poussé à aller au-delà du « je m’appelle Eric et Romain », sinon personne n’aurait su qui ils sont… humble en plus.

Pour les deux, cette séance de rebouchage était une première et les deux étaient ravis, comme vous pourrez le constater sur cette vidéo.

Des travaux pour bientôt

Cette séance de rebouchage nous a permis de clôturer le millésimes 1981 et d’entamer 1982, de nouvelles séances vont être programmées et dès que nous les auront nous ne manquerons pas de vous les communiquer par notre Facebook ICI.

L’oenothèque de la Confrérie Saint-Etienne est un lieu d’exception, certes il y a la quantité (64000 bouteilles actuellement), mais il y a aussi la qualité puisque depuis 1957 les vins qui y entrent font l’objet d’une sélection très sévère. Comme nous l’avions relater ICI, la Confrérie Saint-Etienne organise deux fois par an un concours très strict, le Sigille… la prochaine date du concours est programmée pour le jeudi 20 juillet à 9h00.

Au sein de cette œnothèque il existe un endroit exceptionnel et unique, c’est la collection Méquillet qui abrite 200 bouteilles dont les millésimes s’étendent de 1834 à 1937. Pour la petite anecdote, sachez qu’une bouteille de cette collection Méquillet sera mise en vente. Effectivement 2017 sera l’année de la traditionnelle vente aux enchères de vins de millésimes anciens de l’œnothèque de la Confrérie au château de Kientzheim, cette vente se déroulera le samedi 25 novembre. Cette vente aux enchères sera la bienvenue, car la Confrérie Saint-Etienne a besoin de fonds pour engager les multiples travaux qui sont programmés sur les deux ans à venir. Et l’oenothèque n’échappe pas à la nécessité de quelques travaux, c’est surtout des travaux d’étanchéité qui seront entrepris. Pascal  Schultz (Grand Maître 2017) nous explique pourquoi.

La dernière

Comme vous l’aurez certainement compris, cette séance de rebouchage a été très riche pour les participants. Riche en dégustation, car quels amateurs peuvent déguster des millésimes (1981 et 1982) aussi ancien, en nombre de producteurs et dans un lieu aussi emblématique. Riche en rencontres, car pour une majorité c’était une première et peu se connaissaient. Une richesse qui est transmise d’année en année par des passionnés qui décident de s’investir au sein de la Confrérie Saint-Etienne. Chaque année les éléments les plus visibles  qui sont le Grand Maitre et le Major, apportent de nouveaux projets et les amènent à maturité, tout en conservant la tradition existante. Ceci est un subtil équilibre, car il faut évoluer sans révolutionner, c’est ainsi que l’année 2016 restera comme le millésime qui aura vu la naissance du Auf que vous pouvez revivre ICI. Cette soirée organisée par les jeunes confrères de l’association avait pour but de présenter la Confrérie Saint-Etienne autrement, afin de dépoussiérer l’image vieillissante et guindée qu’elle peut avoir auprès du grand public. Un objectif ambitieux qu’Hervé Bachmann (Major 2016) et son équipe ont largement rempli au vu du nombre élevé de participants. Cette soirée fut pour nous (VinéoNews Alsace) l’occasion de rencontrer et faire connaissance d’un tout jeune homme amoureux de l’Alsace et de ses vins. Presque un an plus tard nous étions également là lorsqu’il était à la manoeuvre pour cette dernière séance de rebouchage en tant que Major 2016.

Hervé Bachmann a connu une année très riche et passe la main, mais à titre personnel nous souhaitions souligner son action car souvent le Major est éclipsé médiatiquement par le Grand Maitre. Hervé a su partager et travailler avec une équipe qu’il ne manquera jamais de mettre en avant, 2016 est derrière nous mais nous n’avons pas de doute sur le fait que Hervé continuera à s’investir au sein de la Confrérie Saint-Etienne.

Une conviction qu’il est facile d’avoir lorsqu’on connait cette belle personne.

Hervé Bachmann et Christian Beyer nous parlent de cette dernière séance de rebouchage et de beaucoup d’autres choses.

La Confrérie Saint Etienne