Lorsque de jeunes amateurs de vins désireux de découvrir le vignoble alsacien m’ont contacté pour que je leur souffle quelques bonnes adresses, je leur ai proposé d’organiser un petit voyage gourmand sur notre route des vins et de les accompagner pour leur servir de guide…une occasion toute trouvée pour bien boire et bien manger, ça ne se refuse pas !

Le programme de notre journée comptera trois étapes : une dégustation au domaine François Schmitt, un déjeuner au restaurant « La Taverne Alsacienne » à Ingersheim – une halte incontournable dans la région – et une visite de la grande cave du domaine Rolly-Gassmann.

Hoppla, c’est parti !

Le domaine François Schmitt en août 2021

Notre timing étant un peu serré, j’ai demandé à Frédéric Schmitt de tempérer un peu son enthousiasme habituel pour nous faire une présentation « light » de son domaine et de ses vins…et je dois dire qu’il a parfaitement « fait le job ».

Il nous a parlé de l’histoire du domaine, des terroirs d’Orschwihr et de sa façon de concevoir ses vins tout en répondant aux questions de ses jeunes visiteurs, sans dépasser – ou si peu – le temps prévu. Belle performance pour un samedi matin !

Frédéric qui accueille ses jeunes clients…

…avant de parler terroir face à ses carottages prélevés sur le Pfingstberg et sur deux secteurs du Bollenberg

Comme toujours, Frédéric propose de découvrir la gamme du domaine cépage par cépage…et nous commençons par les cuvées de pinot noir :

  • Rosé 2020 : fruité pur et séduisant au nez, équilibre tonique et belle vinosité en bouche, finale bien désaltérante.
  • Rouge 2019 : nez sur les fruits rouges frais (cerise bigarreau, framboise), jus concentré avec un toucher bien soyeux en bouche, finale très sapide avec une belle persistance fruitée.
  • Cœur de Bollenberg 2019 : nez très complexe avec des notes de fruits noirs bien mûrs et d’herbes de garrigue, bouche puissante et solidement bâtie avec un beau développement aromatique sur la cerise noire, tanins fondants, finale gourmande et très digeste.

Avec un rosé 2020 vineux et désaltérant, un rouge 2019 plein de fruit et d’une gourmandise redoutable et cette remarquable cuvée haut de gamme travaillée à la bourguignonne, Frédéric Schmitt nous offre trois interprétations différentes mais parfaitement maîtrisées du pinot noir alsacien…allez, on commence par un triple MIAM !

Faute de temps, nous ne goûterons qu’un seul crémant :

  • Blanc de Noirs : nez discret avec une palette raffinée sur les petits fruits rouges et la noisette sur un fond délicatement brioché/vanillé, jus ample et puissant en bouche, bulle très fine, finale fraîche et sapide. (100% pinot noir du Bollenberg – assemblage de jus de 2016 et d’une solera – 30% des vins élevés en barriques)

Avec son aromatique raffinée et sa bulle dont la finesse rappelle les belles cuvées champenoises, ce crémant, dégorgé après plus de 3 années sur lattes, reste l’une des valeurs sûres sur cette appellation en Alsace.

Les cuvées de pinot blanc :

  • Pinot Blanc 2018 : palette florale discrète mais très agréable, bouche juteuse et légère, finale fraîche et glissante. (70% auxerrois + 30% pinot blanc)
  • Bollenberg-Auxerrois 2018 : nez encore un peu retenu mais d’une belle pureté, bouche ample et onctueuse avec un joli gras, finale sapide avec un sillage épicé persistant. (100% auxerrois)
  • Croix du Sud 2017 : nez complexe, notes de fruits blancs frais sur un fond légèrement fumé, silhouette longiligne et très élégante en bouche, finale très aérienne avec un retour aromatique fruité et épicé. (100% pinot blanc – élevage en barriques)

Comme souvent, Frédéric aime servir ensemble ses 3 cuvées de pinot blanc pour nous permettre de les comparer et de ressentir leurs différences stylistiques : une petite « friandise » en entrée, une cuvée Bollenberg plus dense et déjà marquée par une belle minéralité et une cuvée Croix du Sud toujours plus élégante et plus raffinée…un trio magique !

Une surprise…

  • Alsace Bollenberg 2019 : nez ouvert et d’une belle complexité, bouche très gourmande avec jus fruité assez dense équilibré par une acidité mûre, finale bien sapide avec un long sillage sur les fruits blancs et les épices.

La cuvée d’assemblage qui réunit les 7 cépages alsaciens (tous issus du terroir du Bollenberg) a fait son apparition très récemment dans la gamme du domaine.

Elevé pour partie en cuve et pour partie en barriques, ce vin se livre à la dégustation avec franchise et spontanéité dès maintenant…un séducteur né !

Une nouvelle cuvée de sylvaner :

  • Sylvaner Effenberg 2019 : nez raffiné avec une palette complexe sur les fruits blancs, la noisette fraîche et l’herbe séchée, bouche ample et pleine, acidité souple mais très large, notes minérales et épicées en finale.

Née sur le versant sud du coteau du Bollenberg – sur le lieu-dit « Effenberg » en voie d’être classé 1° cru – cette cuvée nous offre une interprétation magistrale d’un sylvaner alsacien…un vin puissant et profond qui nous rappelle que ce cépage peut produire de très belles choses en Alsace. MIAM !

Les cuvées de riesling :

  • Riesling Bollenberg 2019 : nez frais et citronné, bouche svelte avec un jus assez dense étiré par une acidité très droite, finale fraîche et bien saline.
  • Riesling Effenberg 2019 : nez discret sur les zestes d’agrumes et la craie, jus très consistant et solidement charpenté en bouche, finale tonique et intensément minérale.
  • Riesling Grand Cru Pfingstberg 2016 : nez pur et discret sur les zestes d’agrumes et la pierre, bouche longiligne, équilibre très droit et salinité marquée, finale tonique et bien minérale.
  • Riesling Grand Cru Pfingstberg-Paradis 2017 : nez complexe et plus loquace avec une belle palette florale sur un fond crayeux, bouche ample structurée par une acidité très large et une présence saline intense, finale longue avec un sillage épicé et minéral.

A côté d’une cuvée Bollenberg déjà bien en place avec sa fraîcheur très guillerette et sa minéralité affirmée, le riesling né sur le lieu-dit Effenberg se distingue par la générosité de son jus et par la profondeur de sa charpente minérale…voilà un second vin qui confirme que ce terroir mérite amplement son classement en 1° Cru !

Même s’ils s’expriment de façon très différente, les deux rieslings Grand Cru tiennent leur rang avec une cuvée Pfingstberg marquée par la finesse de son terroir gréseux et par la tension caractéristique de son millésime et une cuvée « Paradis » qui nous a impressionnés par la puissance de son jus et de sa charpente acide/saline…comme beaucoup de 2017 bien nés, ce vin est promis à une très longue garde.

Les cuvées de pinot gris :

Pinot Gris Bollenberg 2019 : nez flatteur avec des notes de fruits jaunes frais sur un fond légèrement amylique, silhouette longiligne, très élégante en bouche, finale fraîche et salivante.

Pinot Gris Le Maréchal 2019 : nez discret avec une palette fruitée, épicée et boisée très harmonieuse, jus opulent et puissamment structuré en bouche, finale bien sapide avec une longue persistance fumée/toastée.

Avec une cuvée du Bollenberg qui séduit par son côté accessible et friand et une cuvée « Le Maréchal », travaillée à la bourguignonne et pleine de belles promesses, Frédéric Schmitt nous propose deux interprétations remarquables de finesse et de précision d’un pinot gris alsacien. MIAM !

Les cuvées de gewurztraminer :

  • Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé 2020 : nez très raffiné, notes d’épices douces sur un fond boisé délicat, bouche gourmande et bien charnue mais équilibre très sec, finale parfaitement digeste avec un long retour épicé.
  • Gewurztraminer Bollenberg-Cuvée Marie-France 2016 : nez ouvert et flatteur avec une belle palette florale et épicée, bouche assez opulente avec un joli gras, finale riche et persistante sur le miel et les épices.
  • Gewurztraminer Grand Cru Pfingstberg 2017 : nez épanoui avec une superbe palette sur les fruits exotiques, bouche ample et généreuse avec un centre assez moelleux et une finale marquée par une salinité très rafraîchissante.

A côté des deux cuvées habituelles toujours au top – une cuvée « Marie France » toute en douceur et en suavité et un « Pfingstberg » qui allie harmonieusement fruit et minéralité – ce gewurztraminer issu d’une jeune vigne plantée il y a 7 ans par Frédéric sur les pentes du Grand Cru Zinnkoepflé, a séduit tout le monde…un talent précoce avec une personnalité déjà bien marquée qui va compléter avantageusement la gamme du domaine. MIAM !

Pour finir en beauté

  • Tokay Pinot Gris 1996 : robe lumineuse, nez complexe et racé sur le sous bois et la truffe, bouche très élégante, équilibre sec, finale sapide avec un sillage sur les fruits secs et un fumé délicat.

Je ne me lasse pas de ces arômes truffés qu’on trouve dans les vins de ce millésime et notamment dans les pinots gris…et cette version signée François Schmitt n’échappe pas à la règle mais en étonnera plus d’un par l’impression de jeunesse laissée par sa présence en bouche. Wouahhh !

En voyant les regards satisfaits de ces jeunes amateurs de vin, heureux d’avoir pu vivre ce moment incroyable en compagnie de Frédéric Schmitt, je me suis dit que j’avais eu raison d’emmener mon petit groupe dans ce domaine d’Orschwihr : un vigneron heureux de partager ses connaissances et ses convictions, une très belle gamme de vins et une superbe dégustation…bref c’est l’Alsace que j’aime !

On a bien vécu !

La série de vins dégustés était d’une parfaite cohérence stylistique et d’un niveau qualitatif remarquable…mais ça, je m’y attendais un peu !

Par contre j’ai été très impressionné par les nouvelles cuvées qui ont fait leur apparition cette année dans l’offre vinique du domaine : les deux vins nés sur l’Effenberg sont de vraies pépites qui feront immanquablement parler d’elles dans les années à venir et le gewurztraminer du Zinnkoepflé révèle d’ores et déjà un caractère de grand vin…ça promet !

Pour finir, je citerai également la cuvée Alsace – Bollenberg 2019, une friandise d’une redoutable buvabilité et d’un rapport Q/P exceptionnel…voilà une bouteille hautement recommandable pour tous ceux qui veulent encaver un petit « condensé de terroir alsacien » sans se ruiner.

Bravo à Frédéric et à Myriam pour leur travail et mille mercis à Frédéric pour ces beaux moments de gourmandise et de convivialité.

Le Domaine François Schmitt

Concernant le Domaine François Schmitt

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son blog Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=