ETUDE DES TERROIRS DU CHAMP DE FRACTURE DE BALBRONN AU DOMAINE LOEW AVEC L’UNIVERSITE DES GRANDS VINS.

Après une session « spécial granit » organisée au domaine Schoenheitz à Wihr-au-Val, je retrouve avec grand plaisir les membres de l’U.G.V. pour une nouvelle soirée consacrée à un terroir alsacien vu par un vigneron.

En ce début d’été ensoleillé, ce sera au tour d’Etienne Loew de nous révéler les secrets du vignoble de Westhoffen avec une séance de dégustation commentée en plein-air sur les hauteurs du village dans le cadre magique du Clos de Bruderbach.

Hoppla, c’est parti !

L’entrée du domaine Loew à Westhoffen et les participants qui se rassemblent dans la cour avant de partir en direction du Bruderbach.

Notre point de rendez-vous du jour d’où nous profitons d’une vue magnifique sur le village de Westhoffen avec ses verges et son vignoble et sur la plaine du Rhin avec Strasbourg et sa cathédrale à l’horizon

Discours d’accueil sur le Bruderbach avec Etienne Loew, notre guide du jour, et Pierre Gassmann, l’actuel président de l’U.G.V.

Arrivés sur le coteau du Bruderbach, nous commençons cette session de l’U.G.V. par une petite leçon d’histoire et de géologie dispensée par Etienne Loew pour nous expliquer les particularités de Westhoffen et de son vignoble.

Situé entre deux vallées – la vallée de la Bruche et la vallée de la Mossig – le vignoble de Westhoffen se trouve à l’extrême nord-ouest du vignoble alsacien.

Il forme un grand amphithéâtre fermé à l’ouest par le massif vosgien ce qui le protège d’un excès de pluviosité : « les masses nuageuse se déchirent au contact des montagnes et contournent le secteur ».

Le vignoble de Westhoffen est implanté dans le bassin d’effondrement de Balbronn sur des sols d’une grande diversité géologique :

– les versants nord vers Balbronn sont riches en marnes du Trias

– les versants sud sont plus diversifiés avec des sols gréseux sur le Bruderbach, des sols argilo-calcaires sur le Gaierstein et des sols de calcaire oolithique sur l’Ostenberg.

Le coteau nord vu du Bruderbach

Une vigne sur le Bruderbach et son sol de sable gréseux

Les paysages autour du village de Westhoffen sont également très variés : 230 hectares de vigne, environ 600 hectares de vergers (surtout des cerisiers), un millier d’hectares de forêts de chêne, des prairies et des champs cultivés « une diversité qui génère un écosystème très harmonieux ».

Vue sur la vallée vers Balbronn avec le Champ du Feu et le Mont Sainte Odile à l’horizon

Le climat du vignoble de Westhoffen est très sec et l’ensoleillement très généreux même sur les versants nord des coteaux du fait de la profondeur de la vallée : « c’est un climat qui permet une grande régularité dans la réussite des différents millésimes avec des niveaux de maturité optimaux sur les versants sud comme sur les versants nord ».

Bon, il commence à faire soif…et si on allait goûter quelques vins de la gamme du domaine Loew !

Notre terrain de jeu du soir dans les vignes du Clos des Frères.

Nous commençons la dégustation avec un premier vin de la gamme « All you need is Loew » tout en écoutant Etienne nous présenter rapidement l’histoire de son domaine qu’il a crée en 1996 avec les parcelles de vignes cédées par ses parents viticulteurs-coopérateurs : « j’avais envie d’affirmer mon identité en créant mon propre vin ».

Parti dans l’aventure avec 5 hectares, il a travaillé dur pour restructurer et replanter les différentes parcelles – notamment sur le Bruderbach – sans oublier d’augmenter progressivement sa surface plantée pour arriver aujourd’hui à 14 hectares de vignes qu’il cultive en biodynamie certifiée Demeter.

Petite introduction à la dégustation avec la présentation du domaine Loew et une cuvée originale en guise de mise en bouche

  • Pinot Gris All you need is Loew-Tonip’s 2018 : fruité ouvert au nez, notes de petits fruits rouges (fraise des bois, groseille), bouche droite et consistante avec une fine mâche tannique et une belle salinité, finale très sapide. (terroir : marnes rouges).

La série commence par une cuvée de la gamme des vins de macération : réalisé à partir de pinots gris égrappés et macérés durant 2 semaines, ce vin se goûte avec plaisir et facilité à l’apéritif tout en révélant un joli caractère gastronomique grâce à la qualité de sa présence en bouche.

  • Sylvaner Vérité 2021 : nez agréable et complexe, notes florales et amyliques sur un fond herbes à tisane, attaque vive en bouche avec une acidité mûre et large qui structure un jus assez dense, finale très élégante avec des amers nobles et un léger grip tannique. (terroir : marnes vertes).

Avec son aromatique raffinée et sa texture très classieuse, ce sylvaner nous rappelle que ce cépage peut donner naissance à de très beaux vins de terroir et ce n’est pas Etienne Loew qui va nous dire le contraire: « le sylvaner est un vrai cépage, un grand cépage »

  • Riesling Bruderbach-Clos des Frères 2020 : nez fin et complexe avec de belles notes florales et terpéniques, bouche ciselée, équilibre très aérien, finale racée qui développe des arômes d’herbes de montagne (génépi, gentiane) sur un fond minéral bien marqué. (terroir : grès calcaire).
  • Riesling Ostenberg 2020 : expression aromatique raffinée sur les fruits blancs, les fleurs des prés et la menthe fraîche, bouche ample et consistante, tenue par une acidité bien large, finale épicée et légèrement tannique. (terroir : muschelkalk et calcaire oolithique).
  • Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2019 : nez ouvert et charmeur avec une palette bien mûre sur l’ananas frais et les herbes méridionales, bouche magnifique avec une matière riche et gourmande équilibrée par une présence saline intense, finale longue rafraîchie par une minéralité bien salivante. (terroir : muschelkalk et marnes noires).

Ces trois très belles bouteilles nous prouvent une fois encore que le riesling est un interprète hors pair des grands terroirs alsaciens : à côté d’un Bruderbach tout en finesse et en élégance, l’Ostenberg impressionne par sa force et sa complexité mais c’est le magnifique Altenberg de Bergbieten 2019 qui aura fait l’unanimité autour de moi ce soir…c’est un vin bien construit qui se livre avec une belle gourmandise tout en possédant un vrai potentiel de garde. MIAM !

Nouvelle vue sur Westhoffen éclairée par les rayons du soleil couchant 

  • Muscat Les Marnes Vertes 2020 : nez subtil et raffiné avec de notes de jasmin, de fleurs de sureau et de verveine complétées par de fines nuances végétales (écorce pilée), bouche légère avec un équilibre très aérien, finale digeste avec des amers nobles et un retour aromatique sur le graphite et l’écorce. (terroir : marnes vertes).

Réalisée à partir d’un assemblage de 2/3 de muscat ottonel et de 1/3 de muscat d’Alsace, cette cuvée flatte nos papilles par son aromatique très avenante tout en développant une structure en bouche qui la place dans la famille des muscats de terroir capables de bien se tenir à table et de vieillir avec bonheur durant de longue années.

  • Pinot 2020 : nez très agréable avec une belle palette fruitée et finement boisée, bouche volumineuse avec un centre assez riche et un joli gras, finale digeste avec un sillage boisé/épicé très délicat.

Avec son aromatique charmeuse et son jus bien gourmand, cet assemblage composé de 20% de pinot blanc, 40% de pinot auxerrois et de 40% de pinot gris, élaboré sans intrants et élevé durant 12 mois en demi-muids anciens, nous montre que les pinots alsaciens supportent très bien les élevages sous bois…c’est un vin complet et équilibré qui pourra trouver facilement sa place à table.

  • Pinot Gris Bruderbach-Le Menhir 2019 : nez très élégant avec de belles notes florales sur un fond légèrement lacté, bouche opulente avec du gras structurée par une acidité large et une forte salinité, finale digeste avec des amers délicats et un long sillage boisé/épicé. (terroir : grès calcaire).
  • Pinot Gris Bruderbach-Clos Marienberg 2017 : olfaction dominée par des arômes fumés et torréfiés, bouche volumineuse avec un équilibre assez riche (28 g de SR), finale salivante avec une présence saline sensible et un beau sillage floral. (terroir : grès calcaire).

Ces deux pinots gris nés sur les sols gréseux du Bruderbach révèlent pourtant des personnalités très différentes avec une cuvée « Le Menhir » 2019 élevée pour 70% en demi-muids et pour 30% en cuve, très prometteuse mais qui n’a pas encore totalement intégré son bois et une cuvée « Clos Marienberg » 2017 encore sur la retenue au plan aromatique mais d’une grande puissance en bouche.

  • Gewurztraminer Westhoffen 2018 : nez ouvert et charmeur avec une très jolie palette florale (violette, aubépine) relevée par une fine touche mentholée, bouche longiligne et suave, équilibre très digeste, finale bien fraîche. (terroir : marnes sur coteau nord)
  • Gewurztraminer Ostenberg 2019 : nez complexe et racé, notes de lavande et de poivre blanc sur un fond pierreux, jus très consistant en bouche, équilibre sec, finale droite avec un long sillage minéral et épicé. (terroir : muschelkalk et calcaire oolithique).

Les deux gewurztraminers présentés ce soir se distinguent par une grande élégance et une buvabilité exemplaire avec une cuvée Westhoffen 2018 tout en finesse et une cuvée Ostenberg 2019 plus puissante mais avec une finale très sapide…voilà deux vins qui pourront faire merveille à table en compagnie de plats aux saveurs exotiques.

  • Pinot Gris Vendange Tardive 2015 : expression aromatique intense et bien mûre avec des notes de mirabelle, de vanille et d’épices douces, jus opulent en bouche avec une texture bien onctueuse, acidité large qui monte en puissance progressivement pour apporter fraîcheur et digestibilité à la finale. (terroir : marnes rouges)
  • Pinot Gris S.G.N. 2015 : nez expressif sur les fruits jaunes (abricot, mirabelle) avec de fines nuances fumées, bouche puissante avec une liqueur riche et concentrée équilibrée par une acidité bien marquée, finale bien sapide avec une persistance aromatique d’une longueur majuscule.

Ces deux pinots gris moelleux mais soutenus par une charpente acide/minérale très solide révèlent l »empreinte profonde de ces terroirs marneux exposés au nord : les 95 g de SR de la VT réalisée à partir de raisins passerillés et botrytisés comme les 190 g de SR de la SGN sont parfaitement intégrés dans des jus qui laissent en finale une belle impression d’équilibre et de buvabilité.

  • Riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten S.G.N. 2015 : expression aromatique complexe et flatteuse avec une palette exotique sur la mangue et l’ananas frais soutenue par de fines nuances fumées, bouche riche et juteuse structurée par une puissante acidité, finale très longue avec une très présence saline marquée. (terroir : marnes noires à gypse)

Pour mettre un point final à cette très belle série, Etienne Loew a choisi une SGN de riesling 2015 née sur le Grand Cru de Bergbieten : un vin expressif et opulent équilibré par une très belle présence minérale…la classe absolue. MIAM !

La soirée se termine par un petit repas convivial sous la voûte céleste étoilée avec une boîte à surprises préparée par un traiteur local…et bien sûr quelques bouteilles sorties de l’œnothèque du domaine Loew.

Ma boîte remplie de petites gourmandises…

…et quelques bouteilles qui ont accompagné nos agapes nocturnes

Fin du dîner sous les étoiles avec des lampes portatives bien utiles pour voir ce qu’on boit 

Une fois de plus l’U.G.V. nous a fait vivre de très beau moments de gourmandise et de culture vinique en compagnie d’un vigneron désireux de partager sa passion pour ses terroirs en l’illustrant par une magnifique série de vins.

Comme pour l’édition précédente au domaine Schoenheitz, la météo était idéale et les intervenants – Etienne Loew secondé par Pierre Gassmann – compétents et pédagogues à souhait…bref nous étions dans des conditions parfaites pour déguster de grands vins et en apprendre un peu plus sur les terroirs du champ de fracture de Balbronn

J’ai souvent eu l’occasion de goûter des vins d’Etienne mais je n’avais encore jamais rencontré ce vigneron…une lacune que j’ai comblée ce soir lors de cette soirée qu’il aurait été vraiment dommage de rater.

J’ai bien aimé la grande cohérence stylistique qu’on retrouve sur l’ensemble des cuvées élaborées par ce vigneron : ce sont des vins purs, élégants et très racés avec des équilibres très précis et des empreintes minérales bien définies. Souvent un peu sur la retenue dans leur jeunesse, ils ont besoin d’un peu de temps pour se livrer pleinement…ce sont des vins de temps et de gastronomie.

Dans cette longue sélection de très belles cuvées, mes coups de cœur du soir seront pour le sylvaner Vérité 2021, un GRAND sylvaner promis à un bel avenir, pour le riesling Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2019, un vin qui s’éloigne peut-être un peu du style Loew mais qui est juste magnifique et pour le gewurztraminer Ostenberg 2019, un vin complexe et raffiné qui pourra se boire seul, juste pour le plaisir, mais qui sera également de se tenir merveilleusement bien à table.

Bon, je m’arrête à 3 comme d’habitude mais dites vous bien que j’aurai pu en citer bien plus…

Merci et bravo à notre hôte du soir et merci à tous ceux qui ont œuvré pour nous permettre de vivre ces beaux moments dans les vignes du Bruderbach de Westhoffen

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=