Mardi dernier (7 août), le Domaine Schoenheitz (Wihr au Val) organisait une sortie dans le vignoble de la Vallée de Munster sur le thème « Le vignoble, refuge de biodiversité », c’est en tout une petite vingtaine de personnes, d’horizons différents, qui s’était donnée rendez-vous pour cette découverte. Cette rencontre débuta au domaine où chaque convive se vit attribué un petit guide/dictionnaire sur la biodiversité du vignoble. Pour cette sortie c’est Dominique Schoenheitz qui était notre guide, avec son époux Henri, ils sont les seuls vignerons du canton de Munster.

Après une grimpette de quelques minutes, Dominique débute la sortie par un petit cours d’histoire du vignoble familiale et de Wihr au Val. Au Moyen-Âge ce vignoble appartenait aux familles de Habsbourg et de Ribeaupierre ; à cette époque les vins du Val Saint Grégoire étaient très réputés. Au cours de la 1er Guerre Mondiale, le vignoble fut en partie détruit (proximité du Linge) et au sortir de la 2ème Guerre Mondiale il ne reste que des ruines et une terre dévastée. Pour bien comprendre le niveau de destruction, le seul vestige qui reste de ce village fortifié est la porte sud. L’église qui en impose déjà était avant sa destruction deux fois plus haute et était considérée comme la petite cathédrale de la vallée. Dans les années 1970, Henri Schoenheitz Père replante le vignoble. En 1980, Dominique et Henri Schoenheitz Fils commencent la vinification. Ils sont les seuls vignerons indépendants du village et font le choix d’une viticulture raisonnée. Ils exploitent 14,5 hectares de vignes.

Dominique explique le travail de la vigne, le choix qu’elle et son mari ont fait d’avoir un enherbement naturel, le non emploi d’engrais chimiques, la lutte intégrée (traitements limités) et l’intervention manuelle importante. On remarque bien que ce choix de culture a permis le développement d’une biodiversité de faune et de végétation importante (une foule d’insectes, de fourmis, de nombreux oiseaux, mammifères et plantes).

Poursuite du parcours jusqu’à une clairière parsemée de cerisiers, là tout le monde put s’assoir et le dialogue entre Dominique et le groupe put s’installer plus longuement.

Ce lieu était l’exemple parfait pour voire ici ou là les multiples bois, murets, haies et tas de bois qui servent de refuges aux animaux, de lieu pour s’alimenter, se reproduire, voir hiverner. Le vignoble grouille d’une vie sauvage discrète et les interactions son réelles en voici quelques exemples :

  • les oiseaux mangent les insectes.
  • les rapaces effraient les étourneaux.
  • les chauves-souris s’attaquent aux drosophiles et papillons 
  • les rapaces éliminent les mulots.

Et les interactions sont bien plus nombreuses mais prouve que cette faune, en plus d’être naturelle, peut-être un précieux allier dans l’épanouissement de la vigne.

Il ne faut pas être aveugle, il y a bien des désagréments qui résultent de la biodiversité tels que les chevreuils ou sangliers qui viennent manger les raisins à l’époque des vendanges, pour l’exemple le plus parlant. Sinon tout au long de l’année vous avez les dégâts du sol dut aux sangliers qui fouillent à la recherche de vers de terre.

La vigne est une monoculture pérenne dans le temps, par rapport à d’autres cultures agricoles elle ne peut jouer sur les rotations de cultures afin de développer une biodiversité. Donc il a fallut envisager d’autres pistes de réflexions comme la bonne gestion de l’espace viticole (le bon sens paysan). N’en déplaise à beaucoup mais, biodiversité et agriculture biologique est un couple indispensable.

Il ressort que (pour ceux qui l’ignoraient encore) les vignerons ont une grande responsabilité dans la façon dont ils façonnent le vignoble. Ils peuvent choisir de produire intensément et ainsi s’assurer de grands volumes de vins, à grands coups de produits chimiques. Mais ce n’est pas de cette façon que pensent certains vignerons dont le Domaine Schoenheitz.

Plus que la présence de plantes et d’animaux, la biodiversité signifie une multitude de fonctions écologiques et participe à l’équilibre de l’écosystème naturel et à celui de l’Homme au final. Elle devient peu à peu une conscience collective des agriculteurs, mais le chemin est encore long pour que tous soient convertis.

Prochaine étape, une parcelle de Gewurztraminer en terrasses, où Dominique nous présente également les dégâts dut à la grêle, après le Pinot Gris, le Gewurztraminer que nous avons eu l’occasion de gouter montre déjà une acidité vive et une belle sucrosité… les vendanges approchent. 

Après 2 heures de ballade, retour à la cave pour visiter le vendangeoir et la cuverie avec les explications sur la vinification. 

Et pour finir, comme il se doit dans chaque Domaine viticole alsacien, dégustation d’accords fromages de producteurs de la Vallée de Munster et de vins du domaine.

Les 4 accords proposés étaient :

Riesling Linsenberg 2015 proposé avec un Chèvre frais de la Chèvrerie Ehrhard (Metzeral). Le Linsenberg est issu d’un terroir de granite peu décomposé qui produit des vins verticaux, minéraux et salins. L’accord avec le fromage de chèvre frais est basé sur un rapport de verticalité des acides.

Pinot Noir Herrenreben 2015 servi avec  une Tomme à l’ail des ours de la ferme de l’Estive (Sondernach). Herrenreben sont les vignes du seigneur qui appartenaient aux Ribeaupierre. Ce pinot noir gouleyant est issu de vignes de plus de 50 ans. Le lien avec le fromage a été fait par l’ail des ours.

Pinot Gris Holder 2016 proposé avec un Barikass de la ferme de l’Estive (Sondernach). Ce Pinot est issu d’un terroir de granite décomposé à une altitude de 500m, les vignes les plus hautes du domaine. Ce vin a été choisi car ses sucres gomment l’amertume du fromage, c’est un rapport de sensualité car le fromage est très lacté, généreux et opulent.

Gewurztraminer Holder 2014 servi avec un Munster affiné de la ferme de l’Estive (Sondernach). Ce Gewurztraminer issu du même terroir que le Pinot Gris amène une dimension plus épicé au Munster.

Une dégustation très conviviale qui a ravit un public très surpris des accords présentés, car ils n’imaginaient pas que le vin d’Alsace puisse si bien se marier avec les fromages du cru.

Cette petite sortie fut très instructive, agréable et accompagnée par une personne qui a le sens de la pédagogie. 

Ne ratez pas la prochaine sortie qui aura lieu le 21 août à 17h, c’est la dernière occasion d’en faire une, n’hésitez plus… inscrivez-vous vite !!!

Domaine Schoenheitz