Ce matin (jeudi 19 juillet) s’est tenu la deuxième dégustation d’attribution des Sigilles d’Alsace de l’année 2018. Deuxième, puisque ces dégustations se tiennent traditionnellement en janvier et juillet, un choix de date qui tient au fait que la Confrérie Saint-Étienne n’accepte que des vins déjà mis en bouteille au moment de la dégustation.

Le Sigille est un concours agréé au niveau européen et régit par un texte de loi qui impose de récompenser au maximum un tiers des vins présentés par catégorie. Le Sigille est respecté par les producteurs car c’est un concours neutre, sérieux, impartial, sans aspect commercial. La dégustation du mois de juillet connait toujours une baisse des vins proposés, mais la quantité de vins présentés sur une année est en augmentation depuis 2016.

La dégustation est ouverte aux confrères, aux œnologues des laboratoires, aux personnels des maisons productrices et aux sommeliers. Pour cette dégustation se sont pas moins d’une cinquantaine de dégustateurs qui se sont déplacés, répartis en 7 tables (jurys), ils avaient la lourde tache de déguster 117 vins (2016 et 2017) issus de 27 maisons.  

Les échantillons étaient numérotés et jugés suivant leur qualité intrinsèque et leur typicité dans l’appellation et le millésime, avec une mise en avant du cépage ou de l’identité du terroir, suivant la précision faite par la maison au moment de l’inscription. L’accent est mis sur les terroirs depuis 3 ans.

Une fiche de dégustation précise les taux de sucres résiduels, les proportions de chaque cépage pour les assemblages et la nature des terroirs. Chaque juré remplit sa fiche personnelle, donne son commentaire. Une fiche de synthèse indique la moyenne des notes des différents jurés et un commentaire général du jury. Les vins acceptés doivent obtenir au moins 7/10 dans les deux critères et le jury doit faire des suggestions d’accords mets/vins et donner une estimation du potentiel de garde. Ces derniers éléments sont importants pour l’organisation des dégustations commentées et les chapitres solennels de la Confrérie.

Les résultats de la dégustation seront connu à partir du 30 juillet sur le site de la Confrérie Saint-Etienne.

Après ce travail très sérieux demandé aux dégustateurs, un repas convivial est proposé, chaque table y apporte les vins acceptés pour que chacun puisse les découvrir sur un plat.

Pour la Confrérie Saint-Etienne cet été ne sera pas synonyme de vacances, puisqu’après cette dégustation elle prépare la foire aux vins d’Alsace qui ouvrira ses portes dans une semaine.

Au programme pour la Confrérie Saint-Etienne, trois ateliers :

  • Samedi 28 juillet de 15h à 16h30 : « Les années en 8 » ou 1998, 1988, 1978, 1968 la nature aime-t-elle les cycles réguliers ?
  • Samedi 4 août de 15h à 16h30 : « le Riesling, véritable marqueur de terroir » ou le Riesling est-il le meilleur révélateur de terroir parmi les cépages présents dans le vignoble alsacien ?
  • Dimanche 5 août de 15h à 16h30 : « le Gewurztraminer, expression d’un millésime » ou le Gewurztraminer permet-il de vraiment qualifier ou juger un millésime ?

Un programme complet que vous pouvez retrouver sur le site de la Confrérie Saint-Etienne ou encore sur celui de la Foire Aux Vins de Colmar.

Il est à rappeler que cette dégustation est ouverte à toutes les maisons productrices de vins d’Alsace et les vins distingués peuvent arborer le sceau rouge numéroté de la Confrérie et intégrer l’œnothèque du Château qui compte plus de 60 000 bouteilles.

Un gage de qualité, visibilité et notoriété.

La Confrérie Saint Etienne