Direction le Nord de l’Alsace pour cette découverte d’un vignoble dont l’origine remonte aussi loin que l’occupation romaine vers – 58 avant JC. Notre groupe, composé d’une vingtaine de personnes, réunissait des amateurs de vins originaires de Belgique, d’importatrices en vin chinoises et de passionnés locaux.

Nous avions rendez-vous devant l’Eglise de Dahlenheim, admirable édifice avec son autel aux 14 saints auxiliaires dont Saint Blaise patron de la paroisse. C’est à l’initiative de 7 viticulteurs de cette première partie de la route des vins qui commence à Marlenheim, que Dahlenheim appartient au Vignoble de la Couronne d’Or avec 20 autres communes qui toutes furent des dépendances des grandes abbayes alsaciennes tant leurs vignobles étaient réputés depuis que le Roi Dagobert bâtit son palais à Kirchheim.

C’est dans des temps beaucoup plus anciens que se trouvent les explications des spécificités de ce vignoble Le Grand Cru Engelberg « La colline des anges ». Si dés 884 les moines bénédictins de l’abbaye Saint Michel de Honau parlent des « Nobilis Vinis » : des vins nobles produits sur l’Engelberg, c’est dans les 14 étages géologiques allant du secondaire à l’ère quaternaire que la vigne va puiser les éléments minéraux qui donnent sa richesse au vin. Les 14,80 hectares de ce Grand Cru sont situés sur la Colline du Scharrarberg.

L’excellente idée de nos hôtes fut de nous inviter à la découverte de ce lieu d’exception en empruntant un cheminement en limite de l’Engelberg. Nous avons profité de points de vue magnifiques et échangé avec les viticulteurs qui depuis des siècles tirent de ce terroir des nectars typés. Méthodes de culture et de vinification nous furent détaillées, mais aussi partage de la passion pour ce terroir. C’est en traversant une ancienne carrière de calcaire située au cœur du Grand Cru que nous avons mieux compris la spécificité de cette première colline sous vosgienne que l’on découvre en arrivant de Strasbourg.

C’est un peu en dessous du Scharrachberg que nous attendait monsieur Francis BRIERE, un érudit passionné du Scharrachberg. Il nous fit une présentation de la géologie, de la faune et de la flore (orchidées, anémones pulsatiles) et des écosystèmes qui conduisirent en 2009 au classement du site en Espace Naturel Sensible. Il n’oublia pas de compléter son propos par des présentations de l’histoire de cette partie de l’Alsace : occupation romaine, passage des armées de Louis XIV, invasion des Suédois pour finir par la fortification de la colline au temps du Reichland.

Après une aussi belle mise en valeur du terroir, une dégustation de plusieurs vins nous était proposée par les sept viticulteurs du jour. Pour commencer, une horizontale de 2015, suivie d’une verticale de Riesling et enfin d’une verticale de gewurztraminer. En tout 28 vins de 2016 à 1991 nous était proposés.

Chacun a pu déguster à son rythme et selon ses goûts et envies, mais également échanger avec les viticulteurs qui assuraient le service des vins.

Pour continuer ce moment de convivialité, un repas alsacien nous fut servi. Au menu : crudités, salade d’emmental, pâte en croûte, Presskopf, saucisses de Strasbourg, bibelakass, munster, hareng à la crème… et pour finir des cerises. Chacun a profité du repas pour redécouvrir les vins dégustés auparavant.

Après ce repas, des navettes organisées par les viticulteurs nous attendaient pour nous conduire à notre seconde étape nordique du jour, le grand cru Altenberg de Wolxheim.

Géographiquement Dahlenheim et Wolxheim sont deux villages limitrophes, mais pour parfaire notre découverte de cette partie de la Couronne d’Or, les viticulteurs avaient opté pour un cheminement par le vignoble en direction de la chapelle Saint Denis.

Arrivée à la chapelle, une première dégustation était programmée ; malheureusement une courte mais intense averse, la seule de la journée, nous conduisit à nous diriger directement à la maison Lissner pour une présentation du grand cru.

Au pied du rocher de la Horn, le Grand Cru Altenberg occupe 31,20 hectares situés entre 200 et 250 mètres d’altitude, dans le champ de failles de Wolxheim, un terroir au sous sol de Lias et de Dogger de nature marno-calcaire riche en cailloutis. Ce terroir favorable au Riesling est déjà cité en 1188 comme dépendances de l’abbaye du Hohenbourg (Mont Sainte Odile).

La dégustation s’est déroulée dans une grande salle ouverte sur l’extérieur, par table de 8 personnes. A l’aveugle, par série de 3 à 4 vins, elle avait pour objectif de nous conduire à découvrir la typicité et les marqueurs  de ce grand cru.

Elle a été suivie d’un temps consacré à l’échange avec les 11 viticulteurs du grand cru qui ont su parfaitement nous faire partager leur passion et ont enrichi notre connaissance des vins d’Alsace.

Les viticulteurs de ces deux grands crus ont su, par cette initiative originale consistant à fédérer les énergies, mettre en valeur l’histoire et les traditions d’un terroir remontant à l’époque romaine.

Pour le Grand Cru Engelberg :

Domaine Alexandre Arbogast, Domaine Pascal Barth, Domaine Bechtold, Cave du roi Dagobert, Domaine Maurice Heckmann, Domaine Loew et Domaine Pfister.

Pour le Grand Cru Altenberg :

Domaine Laurent Vogt, Domaine Mathieu Zoeller, Domaine Jean Bernard Siebert, Domaine André Regin, Domaine André Dischler, Domaine Joseph Scharsh, Cave du roi Dagobert, Arthur Metz, Maison Lissner, Domaine Joseph Gross et Domaine Mathieu Goetz.