Le Summerfascht au Parc du Natala à Colmar

Les vins natures en fête – Edition 2021

Comme en 2019, cette 3° édition du « Summerfascht » organisée par l’Association des Vins Libres d’Alsace, a lieu dans le Parc du Natala, un endroit bucolique et accueillant situé dans le quartier de la Semm à Colmar.

Lors de ma première visite il y a deux ans, j’y avais goûté plein de cuvées intéressantes, déroutantes pour certaines mais tout à fait convaincantes pour d’autres et c’est donc « tout naturellement » (clin d’œil à Florian) que j’ai eu envie de me replonger dans le monde des vins libres alsaciens.

Hoppla, c’est reparti pour une nouvelle opération « ouverture d’horizon vinique » !

Le plan pour se repérer…

…le bracelet et le verre en guise de laissez-passer. C’est parti !

Ambiance musicale assurée par « Les Escrocs du Swing »…

…des tables sous les arbres pour récupérer et se restaurer.

Les vins proposés à la dégustation sont classés par style : il y a la table « skin contact » qui propose des vins de macération , la table « des racines et des pelles » qui propose des vins de terroir, la table « peaux rouges » qui propose une série de pinots noirs, la table des « O.V.N.I. » qui propose des vins originaux ou atypiques, la table « es gilt » qui propose des vins glou-glou, la table des « bulles » et bien sûr l’incontournable « kneckes bar » qui propose les vins de la jeune génération de trublions du vignoble alsacien.

L’ambiance est festive et détendue…et en plus il fait beau, ce qui en ce moment est assez rare pour être signalé !

Je vous livre quelques notes de dégustation rédigées à la va vite sur mon vieux cahier. Elles ne sont pas trop précises et ne concernent pas tous les vins que j’ai eu le temps de goûter mais juste quelques bouteilles qui m’ont plu, ému, interpelé…et dont j’ai eu envie de vous parler.

On commence à la table des vins de macération.

  • Alsace Grand Cru Rosacker 2018 – La Grange de l’Oncle Charles : expression aromatique épanouie, jus ample avec du gras et un léger moelleux en milieu de bouche, salinité bien marquée, finale digeste et légèrement épicée…un assemblage des 4 cépages nobles alsaciens et une macération tout à fait maitrisée, voilà une cuvée qui pourra réconcilier les plus récalcitrants avec ce style de vin.
  • Riesling PuR’aisin 2020 – Domaine Einhart : nez fin et bien complexe, notes de pamplemousse sur un fond végétal et minéral bien sensible, bouche charnue, équilibre sec, finale très salivante avec un sillage agréable sur les herbes aromatiques…Théo Einhart est un jeune talent qui montre déjà une belle maîtrise dans l’art subtil de la macération.
  • Alsace Mittelweg 2019 – Domaine Gross : aromatique pure et séduisante sur le raisin frais et les fleurs des prés, bouche pleine avec un jus fruité bien croquant, salinité impressive, finale fraîche avec une présence minérale marquée…le maître « es macération » de Gueberschwihr assure son statut avec un vin gourmand et d’une grande sapidité. MIAM !

On enchaine à la table des vins de terroir

  • Riesling L-Le Blanc 2008 – Domaine P. Weber : olfaction nette et fringante, jus consistant structuré par une acidité rayonnante et une puissante salinité…une petite macération de 3 jours pour un riesling plein d’énergie né sur les coteaux de Husseren.
  • Riesling Westenberg Perpétuel – Domaine Kumpf-Meyer : nez complexe, notes de fruits blancs et d’agrumes sur un fond résine/cire délicate, bouche dense et très droite, finale longue et saline…une solera de 3 millésimes (2015, 2018, 2019), un procédé original pour élaborer un riesling qui se goûte remarquablement bien.
  • Riesling Grand Cru Frankstein 2019 – Domaine E. Kamm : notes zestées et pierreuse au nez, bouche charnue, équilibre très vif, finale très sapide avec un long sillage épicé…un Frankstein virevoltant et plein d’énergie.
  • Riesling Grand Cru Schlossberg 2018 – Domaine C. Binner : nez discret sur le citron vert et les épices, bouche très avenante avec un jus fruité bien souple et une empreinte saline très intense, finale acidulée et délicatement poivrée…un riesling qui a pris son temps en cave (24 mois en foudre) pour nous offrir une interprétation toute en finesse et en complexité de ce grand terroir granitique.
  • Alsace Grand Cru Frankstein 2019 – Domaine Beck-Hartweg : nez très guilleret avec de belles notes citronnées sur un fond balsamique, bouche longiligne avec une présence saline marquée et un léger grip tannique qui donne un côté très appétent à la finale…un assemblage qui laisse entièrement la parole au terroir, un Frankstein archétypique !
  • Alsace Gold’R 2019 – Domaine Gross : nez intense et très complexe, bouche opulente mais très digeste, salinité et notes minérales sensibles en finale…une macération de 35 jours de muscats, gewurztraminers et riesling issus du grand cru Goldert, une technique parfaitement maîtrisée pour un résultat toujours aussi convaincant. Chapeau l’artiste !
  • Riesling Stein 2019 – Domaine Rohrer : olfaction discrète, acidité large et immédiate qui structure la bouche tout en largeur, salinité sensible et jolies notes citronnées en finale…une expression épurée, presque monacale de ce beau terroir de calcaire oolithique de Mittelbergheim
  • Riesling Un jour je serai…2017 – Domaine Lindenlaub : nez précis avec des notes citronnées sur fond de plantes à tisane, bouche ciselée avec jus frais et plein d’énergie et une sapide et salivante…derrière un nom de cuvée énigmatique – comme souvent sur les étiquettes des vins de Christophe Linfenlaub – se cache un riesling qui s’exprime avec une belle pureté.
  • Alsace Grand Cru Kaefferkopf 2017 – La Grange de l’Oncle Charles : nez complexe, notes d’agrumes frais sur un fond boisé/fumé  très classieux, bouche charnue étirée par une arête acide très vive, finale tonique et très sapide… un assemblage de cépages nobles (avec une majorité de riesling) récoltés sur le grand cru d’Ammerschwihr, vinifié et élevé sous bois par de jeunes vignerons très talentueux. MIAM !
  •  Alsace Ammerschwihr 2017 – La Grange de l’Oncle Charles : nez complexe et raffiné, bouche longiligne, très élégante, finale longue et digeste avec un retour aromatique fruité et délicatement boisé…un assemblage de gewurztraminer, riesling, muscat et pinot gris également travaillé à la « bourguignonne » pour un vin original mais diablement bon.
  • Pinot blanc Granite 2018 – Domaine Rieffel : olfaction très discrète, bouche allongée avec un équilibre frais et une très belle présence saline, finale longue et salivante…un vin qui nous rappelle que le pinot blanc peut également interpréter le message du terroir de belle manière.

Bon, ce n’est pas tout mais il est plus de 13 heures et mon ventre commence à gargouiller…il est grand temps de s’octroyer une petite pause tarte flambée – excellente au demeurant – accompagnée par un joli riesling.

  • Riesling Cœur de Bild 2013 – Domaine Bannwarth : nez frais et délicat avec une belle palette florale, bouche pleine et bien droite avec un léger perlant et une salinité marquée, finale très appétante…que demander de plus pour tenir compagnie à une superbe tarte flambée. MIAM !

Une tarte flambée de compétition aux lardons, à la tomme des Vosges et aux orties…

…et une superbe bouteille de riesling…elle n’est pas belle la vie !

On continue avec une promenade digestive à la table des vins rouges.

  • Pinot noir R 2019 – Domaine Gross : nez classique mais très agréables avec des notes de fruits rouges sur un fond délicatement fumé, bouche riche et gourmande, tanins bien mûrs, finale longue et très sapide…des raisins provenant d’une jeune vigne au bas du Vorbourg et un élevage en barriques pour un pinot noir très classieux.
  • Pinot noir Graureben 2019 – Domaine Fischbach : nez sur les fruits noirs (cerise noire, mûre, cassis), bouche puissante avec un jus concentré et solidement charpenté, finale un peu anguleuse avec une belle persistance fruitée…une valeur sûre qui assume son statut. C’est encore un poil trop jeune mais ça promet ! 
  • Pinot noir PUR’aisin 2020 – Domaine Einhart : fruité pur et discret au nez, bouche très guillerette avec un jus gourmand mais bien tendu, finale salivante…déjà remarqué avec son riesling de macération, Théo Einhart montre une belle maîtrise dans la vinification du pinot noir. 
  • Pinot noir Weingarten 2019 – Domaine Kumpf-Meyer : nez exubérant sur les fruits rouges bien mûrs, bouche juteuse et très gourmande, finale longue et digeste…née sur les coteaux argilo-calcaire de Rosheim, cette petite friandise vineuse recèle un pouvoir addictif tout à fait redoutable. Je vous aurai prévenu !

La dernière étape avant la sortie (ou la première après l’entrée) nous invite à nous arrêter à une table où sont présentés les vins « GLOU »…des vins fait pour être sifflés à grandes lampées et avec un maximum de plaisir…comment résister !

  • Alsace Dessous de table 2019 – Catherine Riss : nez discret, matière souple et bien glissante en bouche, grain tannique stimulant en finale…un joli jus qui allie le côté frais et juvénile d’un assemblage de sylvaner et d’auxerrois et la présence minérale des terroirs schisteux de Reichsfeld.
  • Alsace Pur Jus 2020 – Domaine Ruhlmann-Dirringer : nez fin et engageant, bouche longiligne, très élégante, équilibre frais et finale d’une parfaite buvabilité…un assemblage de sylvaner, d’auxerrois et de riesling qui assume pleinement le cahier de charge du vin glou !
  • Auxerrois Entre Chien et Loup 2020 – Domaine Rietsch : nez pur et discret, bouche très guillerette, équilibre frais, finale vive et saline avec de belles rémanences minérales…la cuvée d’auxerrois de l’ami Jean-Pierre, toujours aussi convaincante.
  • Alsace N°6 – Domaine Rieffel : nez ouvert et complexe, bouche tendue et profondément saline, finale étirée et salivante…un assemblage original de plusieurs cépages (sylvaner, gewurztraminer et muscat) et de plusieurs millésimes pour un vin fait pour être sifflé sans retenue autour d’une tablée de copains. Es gilt !

Comme en juillet 2019, ce « Summer Fascht » 2021 m’a permis de passer un moment très agréable dans une ambiance festive et détendue en compagnie d’une joyeuse équipe de vignerons qui s’amusent à bousculer les codes esthétiques traditionnels de la production vinique alsacienne.

Les vins que j’ai pu goûter, m’ont souvent plu, parfois déstabilisé mais toujours intéressé. Je suis convaincu que la créativité qui anime ces vignerons va faire évoluer favorablement la qualité de la production de notre vignoble mais ce qui me plait par-dessus tout c’est cette complicité et cette envie de partager qu’on sent chez chacun des membres de cette association…une mentalité positive que je n’ai trouvée jusqu’ici que chez les « Artisans Vignerons du Mâconnais » et qui va immanquablement porter ses fruits en faisant reconnaître (enfin !!!) la qualité de la production vinique alsacienne à son juste niveau.

Merci pour tous ceux qui ont œuvré pour la réussite de cette jolie « Fête d’été ».

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur le site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=