Un soir, en voiture, germait l’idée de journées portes ouvertes (JPO) au domaine Burghart-Spettel de Mittelwihr. 13 ans plus tard l’événement est devenu incontournable pour la clientèle du domaine. La famille Burghart-Spettel et les 30 bénévoles fidèles attendent plus de 1500 invités le troisième week end de septembre, même si les vendanges tombent à la même période. À chaque édition une innovation ; cette année c’était l’enterrement, pour une année, de 600 bouteilles de Riesling Grand Cru Mandelberg 2015 sur le lieu de naissance des flacons. Les nouveautés du domaine sont souvent le fruit des réflexions « routières » de Bertrand, le père, les livraisons sont un moment de réflexion sur la diversification des offres de l’entreprise familiale.
Des portes ouvertes conviviales
Dimanche, malgré la météo pluvieuse, les clients (1400) étaient au rendez-vous. L’activité du domaine, situé sur la route du vin, a attiré l’attention de touristes de passage (anglais, canadiens). Des ateliers de dégustation sont éparpillés dans l’ensemble de la cave. On pouvait découvrir de vieux millésimes au sein de l’oenothèque privée de la famille. Certains flacons sont maculés de boue car la cave a été inondée en 2008, certains tonneaux flottaient dans 1m50 d’eau. Le domaine a du investir dans de nouvelles cuves et a fait le choix de l’inox.
Au vendangeoir, un film sur la mise en terre de la palette était projeté, vous pouviez réserver vos bouteilles de la cuvée souterraine ; dimanche en début d’après-midi 400 bouteilles étaient déjà précommandées. Vous pouviez également personnaliser vos étiquettes de Crémant, cet atelier était fort apprécié des invités. De plus la famille a pensé à insérer un petit texte dans la capsule de Crémant.
Dans la cour une myriade de bénévoles s’affaire pour préparer et servir des tartes flambées, des saucisses, des tartes aux fruits et du vin du domaine. Le domaine offre cette prestation pour remercier et fidéliser sa clientèle. Après le repas, nombreux sont les invités à repartir avec au moins un carton de vin.
Un enterrement de première classe
Nous avons tous de multiples exemples d’immersion de vin pour des résultats tout aussi multiples… mais il faut bien admettre que la mise sous terre de vin est rare et même une première en Alsace.
C’est lors d’une dégustation en Belgique, d’un vin ayant séjourné une année en mer, que l’idée de faire l’expérience germe et devient une évidence pour le couple Spettel : «il fallait essayer». Mais il était hors de question d’immerger une palette « la mer est un peu trop loin », alors pourquoi ne pas tout simplement permettre au vin de retrouver son terroir en l’enterrant là où il a grandi et muri ?!? C’est ainsi que Bertrand jeta son dévolu sur un Riesling Mandelberg 2015 et qu’un bel après-midi de septembre nous avons été conviés au domaine pour assister à une mise en terre de première classe. Cette palette (métallique) de 600 bouteilles fut donc enfouie à un peu plus de deux mètres à l’aide d’une pelle mécanique de l’entreprise Gsell.
Le résultat ?
C’est dans un an que nous découvrirons le résultat de cette première, mais comme nous le soulignions plus haut les expériences menées ailleurs ont été aussi multiples que les résultats. Ailleurs les expérimentations d’enfouissement ont quasiment toutes été faites avec des foudres ou des amphores, mais très rarement en bouteilles. Mais contrairement à une immersion en mer le vin n’aura pas de notes iodées et ne subira (normalement) pas de vieillissement accéléré.
Pour ce qui est des conditions de vieillissement dans le Mandelberg, l’humidité sera en rapport des aléas climatiques de l’année à venir, la température ne devrait guère varier. Les seules certitudes sont sur la stabilité, l’absence de vibrations et un environnement pour le moins obscur.
Dernière certitude, c’est le succès… eh oui inutile de vouloir acheter cette « cuvée souterraine » puisque l’intégralité des 600 flacons a déjà été vendue lors des JPO du week-end dernier.
Bravo
Le domaine Burghart-Spettel de Mittelwihr est un domaine que nous ne connaissions pas du tout, un comble alors que nous passions au moins une fois par semaine devant.
C’est un domaine qui avance avec son temps et qui ne manque pas une occasion d’innover. Certains diront que c’est de la communication et nous répondrons qu’avant de faire de la communication il faut du fond et le domaine n’en manque pas… c’est un domaine qui a une belle histoire, qui a su se relever suite aux événements de 2008, qui produit des vins d’une très belle finesse et gastronomiques.
Mais le plus important c’est l’humain et Sylvie (la maman), Bertrand (le papa), Charlène (la fille) et Jérôme (le fils) n’en manquent pas. Lorsqu’ils vous accueillent c’est avec le sourire et il n’est pas juste de façade.
Nous aurons l’occasion de faire un reportage plus complet du domaine et des vins d’ici le déterrement de la palette, mais du peu que nous avons déjà vu et dégusté c’est une très belle découverte.

Le Domaine Burghart Spettel