VENDANGES AU DOMAINE DE L’ORIEL A NIEDERMORSCHWIHR

Avec des problèmes tendineux sévères aux doigts des deux mains et au poignet droit, mon médecin m’a vivement déconseillé le maniement du sécateur cette année. Ma voilà donc obligé de faire un break dans cette « prometteuse » carrière de vendangeur amateur en 2023 mais ce n’est pas pour autant que je ne vais pas aller soutenir moralement mes amis vignerons…tout en essayant de me faire une première idée sur ce nouveau millésime.

Ma tournée automnale dans notre vignoble va me conduire chez Myriam et Frédéric Schmitt à Orschwihr, chez Valérie et Christian Beyer à Eguisheim, chez Sandrine et Claude Weinzorn à Niedermorschwihr et chez Guillaume Mochel à Traenheim.

Hoppla, c’est parti !

Le clocher vrillé de Niedermorschwihr et une vue sur le quatrième amphithéâtre du Sommerberg avec à droite, la parcelle de riesling « Z » au dessus et la parelle de pinots gris « Les Terrasses » en dessous.

Pour ma dernière étape dans le Haut-Rhin, je vais aller du côté de Niedermorschwihr pour voir comment mes amis Claude et Sandrine Weinzorn abordent ce nouveau millésime. 

La vendange de cet après-midi se déroule sur le lieu-dit « Altenberg » situé sur le versant nord du coteau du Brand

On coupe des pinots blancs et des pinots auxerrois

…avec une belle vue sur le « Kougelhopf »du Sommerberg. Les raisins sont dans un état sanitaire impeccable.

Claude qui mesure la densité au réfractomètre avant de noter les valeurs de toutes les bottiches qui vont partir vers le pressoir

La remorque chargée est arrivée au pressoir. Le chef opère un dernier tri sur le convoyeur qui monte les raisins vers le pressoir.

Tiens, une grappe de pinot meunier…mais comme elle est très belle, on la garde !

En attendant que les premiers jus coulent du pressoir, je vais vite faire un petit tour du coté du Sommerberg, pour voir comment se portent les fameux rieslings du domaine…ça grimpe toujours autant !

Deux chevreuils en promenade dans les rangs de l’amphi 3 du Sommerberg. Les pentes impressionnantes de l’amphi 2 du Sommerberg…

…et les petites grappes de riesling dans un état sanitaire parfait, qui vont encore pouvoir m^rir tranquillement durant quelques jours.

De retour au domaine je goûte les premiers jus prélevés dans la maie : c’est riche (13°5 potentiel), bien fruité mais avec une jolie trame acide.

Nous goutons également les jus de la vendange de la veille : une cuve de pinot gris à 13°5 et une cuve d’auxerrois à 14°5 mais avec toujours des équilibres assez toniques…le style 2023 commence à se définir !

Le jus d’auxerrois qui coule du pressoir avec un mustimètre qui annonce 13°5.

Petit bilan des vendanges 2023 au domaine de l’Oriel

Au niveau du déroulement général : 

– les vendanges ont débuté assez tard (le 20 septembre) avec une équipe de vendangeurs dont les effectifs fluctuent d’un jour à l’autre 

– les pinots gris, pinot blancs et auxerrois ont été récoltés en premier, les muscats, les sylvaners, les pinots noirs et les pinots gris des « Terrasses » sont prévus pour les jours suivants mais les rieslings et les gewurztraminers attendront encore un peu.

Au niveau de la qualité des raisins : 

– en cette dernière année de conversion BIO, le travail dans les vignes a été harassant durant toute l’année mais au bout du compte les raisins de 2023 son magnifiques avec des états sanitaires très satisfaisants, de belles richesses en sucre et des acidités prometteuses… mais des rendements modérés.

– à côté des pinots récoltés ce jour, la suite des vendanges a permis à Claude de rentrer de superbes pinots noirs, riches et puissants (15° potentiels), des sylvaners avec des jus extrêmement concentrés (mais avec un rendement divisé par 3 ou 4) et des pinots gris « Terrasses » qui ont affolé le mustimètre (17° potentiels).

Quelques mots pour décrire ce millésime :

– « C’est un millésime épuisant qui a demandé beaucoup de présence et de travail à la vigne »

– pour l’heure, la qualité exceptionnelle des raisins partis au pressoir laisse présager la naissance d’un grand millésime « mais ces jus denses et puissants demanderont beaucoup d’attention en cave ».

– il y aura probablement certaines cuvées « hors norme » au domaine de l’Oriel en 2023…notamment un sylvaner pour lequel Claude envisage un élevage sous bois de plusieurs années. Affaire à suivre…

Il va y avoir du très bon derrière ces étiquettes en 2023

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son blog Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=