ETUDE DES TERROIRS DE LA VALLEE NOBLE AU DOMAINE ROMINGER

AVEC L’UNIVERSITE DES GRANDS VINS

Je n’ai même pas eu le temps de terminer la rédaction de mon article au sujet de la précédente session de l’U.G.V. au domaine Loew que je suis déjà obligé de repartir du côté de la Vallée Noble où nous attendent Claudine Sutter (du domaine Rominger) et Seppi Landmann, deux guides de choix pour nous accompagner dans notre étude des grands terroirs alsaciens avec une séance de dégustation exceptionnelle sur les pentes du Grand Cru Zinnkoepflé.

Hoppla, c’est parti !

Une vue sur l’entrée de la Vallée Noble et le village de Westhalten et le chemin pavé qui nous a permis de monter vers notre point de rendez-vous.

Le groupe de dégustateurs se retrouve sur le coteau du Zinnkoepflé, pas de doute, nous sommes vraiment au cœur du Grand Cru

Claudine Sutter-Rominger, la vigneronne qui va animer la première partie de la dégustation

La session commence par une rapide présentation du domaine Rominger par Claudine Sutter-Rominger qui dirige ce domaine depuis 2014, suite au décès prématuré de son époux Eric.

Le domaine exploite aujourd’hui 11 hectares de vignes dont 7,5 hectares sur le Grand Cru Zinnkoepflé « avec un ilot de 4 hectares d’un seul tenant situé sur le versant sud-est du Grand Cru ».

Le domaine Rominger est certifié en biodynamie depuis 2000 et propose aujourd’hui une gamme de vins qui compte plus de 30 cuvées.

Avant de commencer la dégustation, Claudine Sutter-Rominger et Pierre Gassmann nous invitent à un petit cours de géologie pour nous décrire les différents terroirs de la Vallée Noble.

Le vignoble de la Vallée Noble est implanté dans un vallon fermé, situé entre 2 failles géologiques : la grande faille vosgienne à l’ouest et la faille de Marbach à l’est.

Protégé à l’ouest par les sommets les plus élevés du massif vosgien (Petit Ballon, Markstein et Grand Ballon), le vignoble de la Vallée Noble bénéficie d’un climat sec grâce à un niveau pluviométrique très faible.

Les sols sont d’origine sédimentaire avec principalement des calcaires, des grès et des marnes.

Le Grand Cru Zinnkoepflé est délimité sur les versants sud et sud-est d’un coteau très pentu avec des parcelles de vignes qui montent jusqu’à 430 mètres.

Pierre Gassmann qui nous présente la carte géologique de la Vallée Noble avec les trois failles qui ont engendré les différents terroirs de ce vignoble.

Les vins du Zinnkoepflé se distinguent par leur ampleur et par leur richesse tout en gardant un équilibre très digeste « le Zinnkoepflé est un terroir qui concentre les sucres mais également les acidités des raisins ».

Bon, il est temps d’aller vérifier tour ça en débouchant quelques bouteilles !

Il fait encore très chaud sur le Zinnkoepflé mais nous avons de quoi nous désaltérer !

La dégustation de ce soir se fera en 2 temps : npous commencerons par quelques vins jeunes du domaine Rominger pour terminer avec une série de vénérables flacons tirés de la réserve personnelle de Seppi Landmann.

  • Pinot Noir Strangenberg 2018 : nez ouvert et très élégant sur la griotte bien mûre et les épices, bouche très agréable avec une chair gourmande qui enrobe une acidité assez vive, tanins soyeux, finale tonique relevée par une délicate amertume.délicats. (terroir : calcaire).

La série commence par une superbe cuvée de pinot noir provenant d’un lieu-dit situé sur un plateau calcaire très ventilé. Vinifié et élevé durant deux ans dans des demi-muids neufs, ce vin a parfaitement intégré son boisé pour nous régaler avec un jus dense et gourmand d’une impeccable buvabilité. MIAM!

  • Riesling Steinstück 2012 : nez très suave avec des notes de miel et d’herbes aromatiques, bouche droite et très saline, finale légère et salivante avec de beaux amers minéraux. (terroir : grès et calcaire).

Issu d’une jeune vigne (2ème année de production) ce riesling porte vaillamment sa première décennie en développant un jus pur et tonique, tenu par une belle présence minérale… un vin qui nous prouve qu’un beau terroir n’a visiblement pas besoin de beaucoup de temps pour révéler sa qualité !

  • Sylvaner Cuvée Z 2009 : nez fin et complexe avec de belles notes de gelée de coing, de verveine et de racine de gentiane, bouche ample et charnue avec un joli gras, finale très sapide avec un sillage légèrement fumé. (terroir : grès, calcaire et argile).

Issue d’une vigne replantée en 1991 dans la partie basse du Zinnkoepflé, cette cuvée de sylvaner élevée en barriques (50%) et en inox (50%), se goûte très bien à l’heure actuelle. C’est un vin qui a atteint sa phase de plénitude et qui nous rappelle que ce cépage historique sur ce coteau – il occupait plus de 30% de la superficie jadis – mérierait sa place dans le cahier de charge du Grand Cru.

  • Riesling Grand Cru Zinnkoepflé 2018 : expression aromatique raffinée avec des notes d’herbes à tisane sur un fond citronné, bouche longiligne, étirée par une acidité vive, finale salivante avec de beaux amers minéraux. (terroir : grès et calcaire).
  • Riesling Grand Cru Zinnkoepflé 2004 : nez complexe avec des notes de bergamote et de miel d’acacia sur un fond d’agrumes mûrs, bouche très élégante avec une matière pleine et charnue, structure bien souple, finale très digeste avec un sillage très frais sur la menthe et la citronnelle. (terroir : grès et calcaire).

Nés sur une parcelle orientée à l’est, « une vigne qui passe à l’ombre en fin de journée », ces deux rieslings d’âge très différent se sont dégustés avec beaucoup de plaisir ce soir avec un 2016 débordant d’énergie et un 2004 d’une pureté et d’une complexité remarquables. Quelle jolie doublette !

  • Pinot Gris Vallée Noble 2017 : nez charmeur avec une palette florale soutenue par de fines nuances citronnées, bouche riche mais très bien équilibrée par une acidité large et une présence saline intense, finale longue et digeste. (terroir : grès et calcaire).

L’appellation « Vallée Noble » nous vient de l’époque où le vignoble alsacien faisait partie de l’empire germanique et où cette vallée était un lieu de villégiature recherché par la noblesse allemande qui venait prendre les eaux dans les thermes de Soultzmatt.

Cette cuvée provenant d’une jeune vigne sur le Zinnkoepflé, développe une très belle expression aromatique et porte facilement ses 23 grammes de SR en laissant une belle impression de suavité et de légèreté.

  • Gewurztraminer L’Exception 2019 : nez très séduisant avec des notes de rose fraîche et de violette, bouche longiligne et très sapide, finale très élégante avec du tonus et une belle persistance aromatique. (terroir : grès et calcaire).

Ce gewurztraminer issu du Grand Cru Zinnkoepflé est un petit bijou de finesse et de buvabilité, un vin qui se goûte pratiquement sec malgré 8 grammes de SR et qui nous offre une interprétation très gastronomique de ce cépage.

  • Alsace Ozmose 2015 : nez discret mais avec une belle complexité aromatique, bouche puissante et riche avec un joli gras, finale très digeste soutenue par une acidité longue, retour épicé bien persistant. (terroir : grès et calcaire).

Issue d’une vigne complantée (60% gewurztraminer + 40% riesling, pinot gris et sylvaner), cette cuvée a été élevée en cuve inox (50%) et en barriques (50%).

C’est un vin encore sur sa réserve au plan aromatique mais qui révèle un très joli potentiel de garde et un vrai caractère gastronomique.

  • Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé-L’Exception 2010 : nez ouvert et expressif, notes de mangue fraîche et d’épices douces (girofle, anis), bouche très musculeuse avec un jus consistant et solidement charpenté, finale riche avec un long sillage épicé. (terroir : grès et calcaire).

Né sur une parcelle exposée plein sud sur le Zinnkoepflé, ce gewurztraminer très opulent (60 g de SR) se goûte aujourd’hui avec beaucoup de plaisir…une vraie friandise qui accompagnera à merveille une belle salade de fruits exotiques mais qu’on pourra également siroter juste pour le plaisir.

  • Pinot Gris Grand Cru Zinnkoepflé-V.T. 2008 : nez ouvert et charmeur avec des notes d’ananas frais et d’épices douces (vanille, cannelle), bouche généreuse avec un jus très concentré équilibré par une acidité assez percutante, finale longue et tonique avec un sillage sur le raisin sec et les épices.

(terroir : grès et calcaire).

Voilà une cuvée de pinot gris qui nous montre la force de ce terroir et sa capacité à concentrer le sucre et l’acidité dans les raisins : c’est un vin puissant et sapide taillé pour défier le temps qui passe. MIAM !

La suite de la dégustation va nous faire découvrir des pépites sorties de la réserve personnelle de Seppi Landmann, un vigneron qui a toujours défendu le terroir du Zinnkoepflé en y produisant quelques cuvées qui ont marqué l’histoire de la viticulture alsacienne.

Seppi qui commente ses vins : des anecdotes truculentes, des émotions et beaucoup de plaisir…grand moment!

  • Riesling Grand Cru Zinnkoepflé 1982 : expression aromatique évoluée mais fraîche avec des notes de menthe verte sur un fond légèrement grillé, bouche très tonique, finale très saline avec un sillage sur le caramel et les herbes à tisane.

Issu d’une très jeune vigne (3ème feuille) sur le Steinstuck, un terroir de grès calcaire initialement classé Grand Cru puis déclassé par la suite, ce riesling fête dignement ses quarante ans en laissant une très belle impression de jeunesse et d’énergie…quand on connaît l’âge de la vigne et la qualité du millésime (assez moyen, il faut le dire…) on ne peut qu’être étonné par cette bouteille.

  • Riesling Grand Cru Zinnkoepflé-V.T. 2005 : nez ouvert et séduisant sur les agrumes confits et les épices, bouche puissante avec un jus riche et une acidité très large qui sous-tend une structure bien droite, finale digeste rafraîchie par une légère touche mentholée.

Ce riesling servi en magnum a séduit tout le monde par son aromatique raffinée et par sa belle énergie en bouche…c’est un vin réalisé à partir de raisins passerillés et légèrement botrytisés qui est loin d’avoir révélé tout son potentiel…impressionnant!

  • Sylvaner Cuvée Z 1999 : nez discret et complexe avec de belles notes de noisette grillées sur un fond végétal noble, bouche droite et sapide, finale très aérienne avec des amers minéraux très délicats.
  •  Sylvaner L’Inédit 2000 : nez ouvert et complexe, notes d’abricot sec, de datte et de tabac blond sur un fond grillé/torréfié, bouche puissante et liquoreuse avec une belle mâche tannique, finale digeste, bien salivante avec une longue persistance épicée.

Ces deux sylvaners d’âge similaire révèlent des équilibres totalement différents tout en laissant la même impression de jeunesse. 

Si la cuvée Z 1999 nous a séduits par sa finesse, la cuvée Inédit 2000 qui a digéré sa richesse initiale (180 g de SR) a trouvé aujourd’hui sa phase de plénitude et semble partie pour y rester durant quelques décennies.

Le sylvaner 2000 avec sa robe ambrée « une couleur marquée présente dès le début ».

  • Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé V.T. 1982 : nez frais et délicat sur la réglisse et la menthe verte, bouche concentrée avec un équilibre bien droit, finale pas très longue mais sans signe de fatigue.

Réalisée avec un rendement de 80 hl/ha (dixit son concepteur), cette V.T. de gewurztraminer a pratiquement « mangé » tous ses sucres mais reste d’une fringance tout à fait étonnante après 40 année de garde.

  • Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé V.T. 1993 : nez assez discret avec une jolie palette miellée et florale, jus consistant en couche avec un gras sensible, finale puissante et sapide avec un long sillage épicé sur el safran et le poivre blanc.

Cette parcelle de gewurztraminer plantée en 1973, cette parcelle a été vendangée à la mi-novembre 1993 et les raisins récoltés ont été montés en altitude pour être gelés à moins 7° avant le pressurage.

Près de 30 ans plus tard, le caractère épicé du gewurztraminer est exacerbé mais la présence en bouche est une vraie caresse pour les papilles.

  • Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé S.G.N.1988 : nez complexe et intense avec des notes florales sur un fond épicée très marqué, bouche gourmande et très suave, finale très digeste  avec de beaux amers minéraux et un long retour épicé/torréfié.

Petit dîner sous les étoiles…toujours aussi sympathique !

Une fois de plus l’U.G.V. nous a fait vivre de très beau moments de gourmandise et de culture vinique en compagnie de vignerons désireux de partager sa passion pour ses terroirs en l’illustrant par une magnifique série de vins.

Pour terminer cette belle série, Seppi Landmann nous propose la première cuvée qu’il a vinifiée en S.G.N. sur un millésime qui a débuté la trilogie magique de la fin des années 80.

24 ans plus tard nous avons le plaisir de retrouver un vin en grande forme avec une aromatique très raffinée et une présence très charmeuse en bouche. MIAM !

Comme d’habitude la soirée se termine par un petit repas convivial avec une boîte à surprises préparée par un traiteur local…et bien sûr quelques bouteilles signées Rominger ou Landmann

Seppi et Claudine, une passion partagée pour le Zinnkoepflé

Déguster de grands vins de lieu au milieu des parcelles qui les ont vus naître en compagnie des vignerons qui les ont élaborés, reste une expérience unique et indispensable pour commencer à sentir et à comprendre la nature profonde d’un terroir…les amateurs de vins d’Alsace ont vraiment beaucoup de chance de pouvoir participer à ces séances organisées par l’U.G.V.

Les Crus du Zinnkoepflé présentés ce soir ont montré que ce terroir marquait profondément les vins en leur donnant des équilibres très particuliers avec d’un côté une grande richesse naturelle et de l’autre des structures acides et salines toujours très solides…des vins très charmeurs dès leur plus jeune âge mais capables d’évoluer favorablement durant de longues années en cave.

Difficile de mettre en avant l’une ou l’autre cuvée dans cette longue sélection d’une grande homogénéité qualitative mais je vais quand même citer quelques bouteilles vraiment bluffantes.

Je commencerai par un « intrus » qui a ouvert la série mais qui m’a fait un très belle impression : c’est le pinot noir 2018 du Strangenberg, un rouge alsacien de haute tenue et promis à un bel avenir.

Dans la superbe série de bouteilles issues du Grand Cru j’ai été particulièrement séduit par le gewurztraminer L’Exception 2010, un vin puissant et complexe mais d’une parfaite buvabilité et par le riesling V.T. 2005, un vin exceptionnel arrivé au top de sa forme et qui semble encore avoir de belles années devant lui.

Bon, je m’arrête à 3 comme d’habitude mais dites vous bien que j’aurai pu en citer bien plus…

Merci et bravo à tous ceux qui ont œuvré pour nous permettre de vivre ces beaux moments au cœur du Zinnkoepflé.

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=