VENDANGES AU DOMAINE DE L’ORIEL A NIEDERMORSCHWIHR

MILLESIME 2022 – JOUR 2

Après deux journées de vendanges dans le Bas-Rhin et une semaine de pause pour cause de météo pluvieuse, je suis de retour dans le vignoble haut-rhinois pour compléter l’équipe du domaine de l’Oriel.

Avec ces deux jours dans le vignoble de Niedermorschwihr – notamment sur le coteau du Sommerberg – j’ai l’impression que ma saison 2022 de vendangeur amateur va se terminer en apothéose.

Hoppla, c’est parti !

Petit reportage photo sur ces belles journées à Niedermorschwihr

L’entrée du domaine de l’Oriel et pour ceux qui se demandent encore d’où vient le nom du domaine…voici à quoi ressemble un oriel.

Le programme de cette dernière journée de vendange est conséquent puisqu’il prévoit la récolte des gewurztraminers sur 4 parcelles avec une équipe encore plus réduite que la veille…il va falloir se bouger !

La première parcelle se trouve sur le « Schneckelsbourg » un coteau situé « au confluent de plusieurs terroirs entre granit et argilo-calcaire ».

Pour la suite nous iront cueillir les gewurztraminers des « Pariser Matten » et du « Kalkoffen », des parcelles situées sur des sols plus argileux entre le Brand et le Florimont.

Et pour terminer en beauté nous retournerons sur le Sommerberg pour vendanger la petite parcelle de gewurztraminer située sur le « Kougelhopf », là où nous avions fait la fameuse vendange de glace en janvier 2009.

Arrivée sur la parcelle du « Schneckelsbourg » sous un beau soleil matinal. Pour faire gagner du temps aux vendangeurs, Claude a décidé de passer l’effeuilleuse dans les 4 parcelles à vendanger

L’effeuillage est terminé, on attaque la première parcelle du jour…

…et on récolte de très beaux gewurztraminers.

Turckheim au soleil levant

Arrivée en haut de la parcelle du Schneckelsbourg, d’où on bénéficie d’une vue panoramique sur le vignoble avec le coteau est du Sommerberg et le coteau ouest du Florimont séparés par la grande faille vosgienne.

C’est parti pour la deuxième parcelle du jour.

La parcelle de gewurztraminers des « Pariser Matten » avec des pieds de vigne aux dimensions impressionnantes…

…et des raisins de toute beauté. Il est midi, on pose les seaux bien remplis…

…et on s’octroie une petite pause déjeuner au soleil

Première parcelle de l’après-midi sur le lieu-dit « Kalkoffen » avec une belle vue sur l’ancienne carrière du Florimont.

Les rangs sont assez longs mais on est sur du plat et les raisins n’ont pas besoin d’être triés.

En zoomant sur le sommet du Kougelhopf on aperçoit le tracteur de Claude en train d’effeuiller notre dernière parcelle.

Vue du sommet du Sommerberg sur Ingersheim avec la Forêt Noire à l’horizon. Les gewurztraminers 2022 du Sommerberg.

Pas de doute, on t bien revenu sur un terroir granitique.

Les derniers rangs du jour et la vue sur le versant nord du Brand, le coteau du Hengst au loin…

…et les sommets des Alpes bernoises au loin.

Cette dernière journée de vendanges au domaine de l’Oriel se termine par un petit apéritif amplement mérité par notre équipe de vendangeurs qui assuré un joli rythme de coupe pour permettre à Claude Weinzorn de clore cette campagne de vendange 2022 par une belle récolte de gewurztraminers avec des maturités élevées (15°5 à 17° selon les parcelles) et des expressions aromatiques très épanouies…bref, il y a tout pour réussir de très belles cuvées sur ce millésime.

Pinot gris et muscat (et quelques autres bouteilles, bien évidemment) avec quelques gourmandises salées pour mettre un point final aux vendanges 2022. MIAM !

Même si elles sont fatigantes comme celles que j’ai vécues hier et aujourd’hui, j’aime toujours autant ces journées de vendanges où j’ai l’impression de participer un peu à la conception d’un vin.

Grâce une équipe de vendangeurs restreinte mais efficace et au travail préparatoire avec l’effeuilleuse effectué par le patron, nous avons réussi à terminer la récolte des gewurztraminers du domaine…une très belle vendange de raisins bien mûrs (entre 15°5 et 17° selon les parcelles) et parfaitement sains, qui va permettre à Claude Weinzorn d’élaborer un vin riche et puissant qui fera surement parler de lui dans les années à venir.

Merci à Claude, Sandrine et toute l’équipe du domaine de m’avoir permis de vivre cette belle journée dans le vignoble de Niedermorschwihr.

Dernière vue sur les vignes du Sommerberg au soleil couchant, juste avant de rentrer à Strasbourg.

Article de Pierre Radmacher, vous pouvez le suivre sur son site Vins, Vignobles et Vignerons

=> ICI <=