Planter 2.000 arbres au cœur du vignoble pour favoriser la biodiversité, c’est le pari fou de David Koeberlé, vigneron à Saint-Hippolyte et à la tête du Domaine Muller-Koeberlé qui exploite 27 hectares de vignes.

Vendredi 5 février dernier avait lieu le deuxième chantier participatif de plantation au Domaine Muller-Koeberlé ; le premier a été exécuté la semaine précédente sur les coteaux du Lagenberg. Une grosse journée attendait les participants pour ce deuxième rendez-vous sur les parcelles du lieu-dit Bruechweggreben (sur les plaines de Saint-Hippolyte). Ce ne sont pas moins de vingt-cinq personnes qui avaient répondues présentes et il faut bien admettre que la tâche était ardue puisqu’au final ce ne seront pas moins de 850 plants qui auront été mis en terre.

« L’agroforesterie, ce n’est pas un gros mot… quoique ?!? »

L’agroforesterie est une pratique qui est encore anecdotique à l’échelle de la viticulture alsacienne, mais que l’on verra se répandre de plus en plus pour rompre avec la monoculture de la vigne et encourager la biodiversité. Nous l’oublions bien trop souvent, mais au siècle dernier les arbres, arbustes, buissons et la biodiversité qui l’accompagnait avaient encore leur place dans notre vignoble. La quête de productivité, portée notamment par les rendements et la mécanisation, a fait table rase de tout ce qui dépassait les pieds de vignes.

Ce qui est très ambitieux, voire courageux, c’est que ce sont actuellement des générations qui n’ont connu que la monoculture du vignoble qui s’interrogent et commencent à faire bouger les choses.

Ce projet aura de multiples effets sur l’activité biologique du sol (matière organique, mycorhize), la maîtrise des parasites (auxiliaires), la ressource en eau (exploration racinaire, dépollution), le confort climatique (effet brise-vent et parasol), le stockage du carbone et bien sur la valorisation paysagère. Mais un projet comme celui-ci, qui plus est inédit dans sa conception et son ampleur pour le Domaine Muller-Koeberlé, ne pouvait pas se monter sans une certaine maitrise extérieure. C’est en effet avec l’aide technique et logistique de l’association les Haies vives d’Alsace que ce projet a vu le jour.

Vous l’aurez évidemment compris, le but principal de l’agroforesterie est simplement d’augmenter la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes, mais comme l’expliquait Gaétan Puglisi, ce projet a aussi une dimension sociétale en impliquant et en sensibilisant les différents participants de ces deux journées de plantation… dont un plus particulièrement. Ce projet aurait pu s’appeler « Ensemble vers l’agroforesterie », puisque David a construit un projet commun en tenant compte de son voisinage et plus spécialement d’un confrère, voisin et ami vigneron… Raphaël Bossert qui est à la tête du Domaine Sylvie Fahrer & Fils.

L’agroforesterie a d’abord été un rêve pour David, puis un projet pour le Domaine Muller-Koeberlé. Aidé par l’association les Haies vives d’Alsace, celui-ci prend forme aujourd’hui et trouvera sans nul doute une pérennité et une amplification dans le temps. Tout comme David face à Goliath, le Domaine Muller-Koeberlé croit en ses projets, se bat et continue à avancer. À suivre 

Le Domaine Muller Koeberlé 

Concernant le Domaine Muller Koeberlé